PFR: les syndicats réclament le projet de 25 M$

L'usine Kénogami de Produits forestiers Résolu... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'usine Kénogami de Produits forestiers Résolu

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les syndicats Unifor, CSN et SEPB de la papeterie Kénogami réclament le projet d'investissement de 25 M$ dans la fibre cellulosique. Ils espèrent ainsi permettre à l'usine spécialisée dans la fabrication des papiers de grade SCA de franchir le cap de 2018 au moment où la baisse de la demande, combinée à la mise en service de la machine à papier géante de Port Hawkesbury, pourrait provoquer la fermeture des usines de Kénogami ou Dolbeau.

Cette sortie des trois syndicats de Kénogami confirme la fragilité des usines de papier de la région qui ont en ce moment un fort vent de face créé par une surtaxe de 25 M$ par année à l'exportation des papiers contenant de la pâte kraft. Ils doivent compter de plus dans leur marché sur la concurrence de la machine à papier la plus performante en Amérique du Nord relancée par la société Port Hawkesbury Paper à l'aide de subventions de 125 M$ du gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

«Le gérant de l'usine nous fait état de la baisse de la demande de papier dans nos grades. On ajoute à la baisse de la demande l'arrivée sur le marché de la production de Port-Hawkesbury (360 0000 tonnes métriques). Le démarrage de l'usine qui avait été fermée en Nouvelle-Écosse a déjà provoqué la fermeture d'une usine de papier dans le Maine - ce qui a donné naissance à la plainte au Département américain du commerce - et l'usine Laurentides de Shawinigan. C'est pour cette raison que nous avons demandé à la ministre fédérale du Commerce international Chrystia Freeland de faire fermer cette usine. En même temps, on nous dit que ça sera difficile dans ces conditions d'aller plus loin que 2018.»

Régis Duchesne enchaîne qu'il «est important de se souvenir que toute cette affaire de nouveau projet a été initiée à l'usine Kénogami quand nous avons réussi à obtenir une étude pour la machine numéro 6. Une étude a été réalisée et nous nous retrouvons plus tard avec un projet de 25 M$ pour la production de fibres de filaments cellulosiques. Nous comprenons bien que les autres usines de la région souhaitent obtenir cet investissement, mais nous avons ici tout ce qu'il faut pour réaliser le projet et surtout, on a initié la démarche du projet avec le renouvellement des baux de Jim-Gray», explique le président du syndicat Unifor de l'usine, Régis Duchesne, en compagnie du président du syndicat CSN affilié à la Fédération de l'industrie manufacturière, Pierre Thériault.

Les travailleurs ont constaté la présence à l'usine des spécialistes délégués par Résolu pour vérifier les installations disponibles pour la production de cette fibre. Le procédé de fabrication a été développé par FP Innovations pour cette fibre qui entre dans la fabrication d'une multitude de produits de construction. Il s'agit de passer de la pâte kraft dans des raffineurs avec évidemment différentes opérations techniques permettant d'obtenir le produit fini.

«On sait que ça prend des capacités de raffinage. Le plan de pâte de Kénogami offre cette capacité. Le projet ne se traduira pas par un grand nombre d'emplois, mais il va permettre de consolider les opérations de l'usine et c'est ce que nous voulons pour réussir à nous maintenir», reprend Régis Duchesne.

Les trois syndicats misent beaucoup sur la qualité de la main-d'oeuvre de l'usine dont le personnel est en renouvellement ainsi que les capacités de raffinage disponibles au plan de pâte construit au début des années 2000 pour que la papetière arrête son choix sur Kénogami.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer