CQRDA: Aller de l'avant malgré l'incertitude

Le conseil d'administration a confirmé l'embauche de Gilles... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le conseil d'administration a confirmé l'embauche de Gilles Déry à titre de directeur général. Ce dernier devra négocier le virage du CQRDA dans un nouveau contexte de financement gouvernemental tout en maintenant les liens avec les entreprises.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Centre québécois de recherche et de développement de l'aluminium (CQRDA) entend poursuivre le soutien aux PME et entreprises de la région malgré l'incertitude qui entoure la nouvelle politique de financement imposée par le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, qui aura une incidence sur son budget de fonctionnement.

C'est ce qui se dégage de l'Assemblée générale annuelle de l'organisme tenue mercredi à Chicoutimi. Le CQRDA a fait face au cours des deux dernières années à un questionnement important du gouvernement du Québec. L'État a retiré à l'organisme la gestion directe des subventions dans les projets de recherche et développement. Le CQRDA conservait son rôle pour la sélection des projets de recherche en plus de faire la promotion de la transformation de l'aluminium.

Luc Boudreault, qui agissait à titre de directeur général par intérim de l'organisme pendant cette période de questionnement, a officiellement quitté ses fonctions. Le conseil d'administration a confirmé l'embauche de Gilles Déry. Ce dernier aura à négocier le virage de l'organisme dans un nouveau contexte de financement gouvernemental tout en maintenant les liens avec les entreprises.

Le président du conseil a expliqué que le ministère avait complété l'évaluation du CQRDA. L'évaluation gouvernementale a démontré que le CQRDA atteignait les objectifs gouvernementaux en matière de soutien aux entreprises dans le domaine de la recherche. Malgré cette évaluation positive, l'organisme devra muter vers le modèle des regroupements sectoriels de recherche industrielle. Selon Dominic Bouchard, ce modèle existe déjà, mais il est en ce moment impossible d'évaluer les effets de cette transformation sur l'organisation.

Un million par année

Le CQRDA a besoin de plus ou moins un million$ par année pour supporter les activités d'évaluation de projet ainsi que son comité scientifique. L'an dernier, l'organisme a identifié pas moins de 25 projets qui ont obtenu des aides financières de 1,3 million$ et qui ont généré des investissements globaux d'un peu plus de cinq millions$.

La problématique du financement semble pour le moment la plus préoccupante pour l'organisme. Le gouvernement va établir les subventions selon de nouveaux critères basés sur le nombre de projets de recherche subventionnés. Les dirigeants du CQRDA évaluent en ce moment les paramètres de ce nouveau système.

Le gouvernement du Québec a la volonté d'augmenter significativement la transformation de l'aluminium au Québec.

Le président du CQRDA endosse cette volonté gouvernementale, mais réitère que les organismes qui appuient les PME auront besoin de support pour atteindre cet objectif. Dominic Bouchard rappelle que ce sont les entreprises qui vont permettre d'augmenter la transformation de l'aluminium avec l'aide des «facilitateurs».

La décision de Québec de modifier le mode de financement du CQRDA pourrait provoquer des mouvements importants. Une multitude d'organismes oeuvrent dans l'environnement de l'industrie de l'aluminium pour faire de la prospection d'entreprise, orienter la recherche ou faire la promotion de l'aluminium. Mercredi, Pierre Bouchard, membre du conseil du CQRDA et propriétaire de STAS, a confirmé qu'il y avait des discussions au sein des administrateurs sur la pertinence d'évaluer certains rapprochements entre les organismes comme le CQRDA, la Société de la vallée de l'aluminium ou Transal.

Lors de la publication du dernier numéro d'AL13, le premier ministre Philippe Couillard a déclaré que le CQRDA allait demeurer. Cette déclaration a été répétée mercredi devant les membres par le président du conseil pour bien faire comprendre que malgré les incertitudes soulevées par la transition, il y a de l'avenir pour l'organisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer