Richard Garneau se réjouit de la meilleure santé du bois d'oeuvre

Richard Garneau se réjouit que le marché du... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Richard Garneau se réjouit que le marché du bois d'oeuvre se soit amélioré considérablement.

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le secteur du bois d'oeuvre montre des signes encourageants qui réjouissent le grand patron de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau.

Le secteur du bois d'oeuvre a dégagé un... (Archives Le Quotidien, Louis Potvin) - image 1.0

Agrandir

Le secteur du bois d'oeuvre a dégagé un bénéfice d'exploitation de 20 millions $ pour le trimestre, ce qui représente une amélioration de 24 millions $ par rapport au trimestre précédent.

Archives Le Quotidien, Louis Potvin

«Nous constatons une amélioration des prix et une hausse lente, mais constante, de la demande alors que le nombre de mises en chantier de nouvelles maisons aux États-Unis se rapproche de 1,2 million. C'est très encourageant et ça devrait se poursuivre au cours de l'année. Cette situation a un effet positif sur toutes nos scieries, dont celles de la région qui tournent à pleine capacité», a-t-il commenté lors d'un entretien téléphonique à la suite de la divulgation des résultats financiers pour le 2e trimestre.

Ce secteur a dégagé un bénéfice d'exploitation de 20 millions$ pour le trimestre, ce qui représente une amélioration de 24 millions$ par rapport au trimestre précédent. Les volumes expédiés ont augmenté de 14% pour s'établir à 445 millions de pieds mesure de planche (pmp). Le prix de vente moyen a augmenté de 19$ par millier de pmp, soit 6%.

Bien que Résolu ait enregistré une perte nette de 42 millions$, soit 0,47$ par action, pour le trimestre se terminant le 30 juin 2016, Richard Garneau souligne que cette perte a été causée par une situation qui ne se reproduira pas.

«Nous avons dû absorber une charge non récurrente de 37 millions$ liée à la fermeture définitive d'une machine à papier journal de l'usine d'Augusta. Sans cela, nous aurions dégagé un bénéfice net de six millions$, soit six cents par action. Ce sont des résultats qui nous satisfont dans le contexte auquel nous sommes confrontés», a-t-il expliqué.

Concurrence déloyale

Richard Garneau souligne que la surtaxe sur le papier surcalandré et la réouverture de l'usine de Port Hawkesbury en Nouvelle-Écosse font très mal.

«Ça représente des sommes de 80 millions$ par année pour l'ensemble des compagnies du Canada qui produisent ce type de papier. C'est énorme! Mais ce qui nous dérange le plus, c'est la réouverture de l'usine de Port Hawkesbury qui est venue ajouter une capacité de 400 000 tonnes dans un marché déjà saturé. Cette usine a bénéficié d'une aide financière du gouvernement provincial de 125 millions$ en plus d'éponger un déficit de 130 millions$ du fonds de retraite des travailleurs. Ils ont un avantage indéniable sur nous et c'est de la concurrence déloyale. L'ajout de cette quantité de papier a eu pour effet de fermer une machine aux États-Unis et nous a obligés de réduire la production à Kénogami», critique Richard Garneau.

Ce secteur des «papiers pour usages spéciaux» a enregistré un bénéfice d'exploitation de 16 millions$ pour le deuxième trimestre, une hausse de 9 millions$ par rapport au premier trimestre. Le prix de vente moyen a diminué de 11$ par tonne courte, principalement en raison de marchés défavorables pour les papiers couchés et, dans une moindre mesure, pour les papiers surcalandrés. Les volumes expédiés ont diminué de 3%, soit 11 000 tonnes courtes.

Le marché de la pâte commerciale a connu un recul avec un bénéfice de 12 millions$ pour le deuxième trimestre, soit 8 millions$ de moins qu'au premier trimestre. Dans l'ensemble, le prix de vente moyen a augmenté de 6$ par tonne métrique, soit 1%. Ce secteur a connu une baisse de production causée notamment par des arrêts pour de la maintenance.

«Les orages ont causé beaucoup de problèmes à l'usine de Saint-Félicien. Nous avons dû faire des arrêts et comme vous le savez, ce n'est jamais simple de repartir une usine. Nous avons donc enregistré une perte de production à cette usine», a informé le grand patron de Résolu.

Finalement, le secteur Papier journal a enregistré une perte d'exploitation de trois millions$ pour le trimestre, contre une perte d'exploitation de cinq millions$ pour le premier trimestre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer