CURAL: Rio Tinto s'engage pour cinq ans

Le directeur du centre de recherche et développement... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le directeur du centre de recherche et développement de l'aluminium, Frédéric Laroche, le doyen de la recherche et la création de l'UQAC, Stéphane Allaire, le directeur du CURAL, Daniel Marceau et le professeur chercheur Guy Simard ont confirmé le renouvellement d'un protocole de recherhce de 5 ans pendant lequel Rio Tinto investira 5 M$ dans les travaux réalisées à l'UQAC et portant sur la transformation de la bauxite en alumine.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La société Rio Tinto et le Centre universitaire de recherche sur l'aluminium (CURAL) de l'Université du Québec à Chicoutimi ont confirmé, mercredi, le renouvellement d'une entente de recherche d'une durée de cinq ans. Pendant cette période, la multinationale versera une aide financière de trois millions$ pour supporter les travaux des étudiants et professeurs qui oeuvrent dans le secteur de la séparation des solides et des liquides.

Ce programme de recherche, dont les objectifs fondamentaux sont d'améliorer la productivité et l'efficacité du processus de transformation de la bauxite en alumine, a été initié en 1998 par les deux partenaires. Cette démarche a donné naissance à la construction du complexe de recherche industrielle Rio Tinto sur les terrains de l'UQAC afin d'établir le CURAL.

Selon le patron du Centre de recherche et développement de Rio Tinto, Frédéric Laroche, les travaux menés par les chercheurs du CURAL portent en grande partie sur les phases les plus complexes de la transformation de la bauxite en alumine. Il s'agit d'un procédé complexe qui permet de transformer quatre tonnes de terre en deux tonnes d'alumine qui, une fois passée dans le procédé d'électrolyse, donnera une tonne d'aluminium. Rio Tinto tente toujours d'améliorer ces phases critiques de la transformation de façon à améliorer les performances de ses usines.

«Les projets identifiés par le CURAL dans la poursuite de son mandat avec Rio Tinto visent principalement la croissance de nos programmes axés sur la bauxite et l'alumine, ainsi que la consolidation de notre leadership technologique dans l'industrie de l'aluminium», a déclaré le patron du centre de recherche d'Arvida.

Retombées immédiates

Les travaux de recherche réalisés au CURAL ont eu des retombées immédiates pour la multinationale. L'usine de Vaudreuil du complexe Jonquière affiche en ce moment les coûts de transformation de la bauxite en alumine les plus bas parmi les usines de l'entreprise.

Le CURAL pourrait difficilement exister sans la présence à proximité de la plus importante usine de produits chimiques du Canada. Vaudreuil représente un laboratoire grandeur nature où les découvertes des chercheurs sont mises en application après les différentes recherches appliquées réalisées en laboratoire.

«La renommée du CURAL est sans contredit le fait d'une conjoncture entre la présence de chercheurs talentueux et l'apport de défis de haut niveau par l'industrie de l'aluminium. En ce sens, Rio Tinto aura eu un impact majeur sur le développement de notre savoir-faire. Dans le domaine de la séparation solide-liquide, l'expertise du CURAL aura permis des avancées technologiques de pointe, qui sont aujourd'hui parmi les plus avancées au monde», a souligné le directeur du CURAL, Daniel Marceau.

Le professeur et chercheur associé aux travaux du CURAL, Guy Simard, était visiblement heureux de la conclusion d'une nouvelle entente pour les cinq prochaines années. Le chercheur a expliqué qu'il fallait du temps pour mener à terme un projet de recherche à partir de l'idée qui germe dans la tête d'une personne. Le CURAL offre donc l'opportunité de réaliser toutes les phases de la recherche avec en prime le déploiement industriel du projet grâce à la proximité d'une usine de transformation.

Selon le professeur, les liens entre les deux organisations ont toujours été basés sur un partenariat qui respectait fondamentalement les missions des deux organisations. L'UQAC utilise ce créneau pour la diplomation d'étudiants à tous les niveaux et Rio Tinto de son côté utilise les résultats des travaux pour améliorer la production dans ses installations.

Le CURAL se spécialise dans les études sur l'amélioration des procédés de transformation de la bauxite et n'a en ce moment aucun projet de recherche sur la valorisation des résidus de ce procédé. Les travaux sur la valorisation sont réalisés à l'interne chez Rio Tinto ou par des groupes qui croient avoir une solution qui permettrait de disposer économiquement de ces résidus de production.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer