Un projet de 30M $ retardé à la scierie Remabec

Remabec était prêt à investir 30M$ à la... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Remabec était prêt à investir 30M$ à la scierie de l'Ascension à condition que le syndicat accepte d'ouvrir le contrat de travail.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Un projet d'investissement de 30 millions $ à la scierie de L'Ascension est sur la glace parce que le syndicat refuse de rouvrir le contrat de travail.

Selon ce que Le Quotidien a appris, Remabec veut investir dans une nouvelle ligne de production et des équipements de pointe pour rendre l'usine plus productive. Dans le contexte actuel, les opérations ne seraient pas rentables. L'entreprise souhaite réduire la production de sous-produits comme les copeaux en optimisant le sciage.

La compagnie a proposé aux employés, il y a quelques mois, de négocier un nouveau contrat de travail avant son échéance le 31 décembre 2016. La partie patronale demandait, notamment, une entente de 8 ans avec une réduction des congés mobiles et une modification du régime d'assurance. Remabec veut offrir des conditions qui se rapprochent de ce qui est offert dans l'industrie.

Le syndicat a refusé l'offre patronale à la fin mai. Une décision qui aurait surpris la direction, selon nos sources.

« C'est effectivement vrai que nous avons un projet d'investissement majeur à la scierie de L'Ascension, mais nous devions avoir une ouverture syndicale pour un contrat à long terme pour avoir une paix sociale. Malheureusement, le 23 mai nous avons reçu une réponse et c'était un refus », a déclaré le porte-parole Pierre-Olivier Lussier sans vouloir en dire davantage.

La compagnie est déçue de cette décision et va reconsidérer sa volonté d'investir. Du moins, elle va laisser le projet sur la glace jusqu'à ce que s'amorcent les négociations du prochain contrat de travail, en 2017. Comme Remabec possède d'autres usines en Mauricie et sur la Côte-Nord, les investissements risquent de se faire à ces endroits. « C'est certain que comme on ne sent pas une volonté des instances syndicales de contribuer à l'avenir de la scierie, nous allons privilégier les investissements dans celles où nous avons une belle collaboration avec le syndicat », a mentionné le responsable des relations publiques.

Maire déçu

Le maire de la localité, Louis Ouellet, est déçu de la tournure des évènements. « Ce n'est pas agréable de se retrouver dans l'attente. Nous aurions préféré un oui qu'un peut-être on va investir. Ce projet viendrait consolider l'usine pour un bon nombre d'années. Comme je ne connais pas les demandes de Remabec, je ne peux pas m'avancer sur celles-ci, c'est-à-dire si elles sont correctes ou exagérées », a-t-il déclaré.

La scierie de L'Ascension a une capacité de transformation annuelle d'un million de mètres cubes. Elle dispose d'un contrat d'approvisionnement de 555 000 m3 et a acheté plus de 300 000 m3 de bois aux enchères. Près de 200 personnes travaillent à l'usine, et autant en forêt. Elle est le principal moteur économique de la localité.

Il a été impossible de joindre les responsables du syndicat pour connaître leur point de vue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer