Usinage SM pourra quadrupler sa production

Sylvain Morin, président de l'entreprise Usinage SM... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Sylvain Morin, président de l'entreprise Usinage SM

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'entreprise Usinage SM, du Parc industriel à Chicoutimi, devient la première à bénéficier de l'aide financière provenant du programme d'accélérateur technologique créé l'an dernier par Desjardins-Innovatech et la Société de la vallée de l'aluminium (SVA).

La firme innovante spécialisée dans la confection de pièces d'aluminium ainsi que la réparation de jantes en aluminium de véhicules lourds s'est vu accorder une somme de 250 000$ étalée sur deux ans. Cette somme lui permettra de mettre sur pied un réseau de distribution et de commercialisation de son service de réparation de jantes avec pour objectif de quadrupler le volume de pièces à réparer chaque semaine afin d'atteindre le cap des 200 unités.

En entrevue, Sylvain Morin, président de l'entreprise, a mentionné que le service de réfection et de réparation de jantes d'aluminium a atteint une phase critique huit ans après sa mise sur pied. «Nous sommes arrivés à l'étape où il nous faut établir un réseau de distribution. Les clients ne pourront plus venir directement à notre usine pour porter leurs jantes», explique-t-il.

À la suite d'un sondage auprès des camionneurs, entrepreneurs et propriétaires de camions, SM a développé une stratégie de commercialisation pour que les centres d'entretien de camions offrent le service aux propriétaires, ce qui permettra à SM d'accroître son volume de travail. Actuellement, entre 10 et 15 distributeurs font partie du réseau spécialisé. L'objectif est de faire grimper ce nombre à 50 en deux ans.

M. Morin reconnaît qu'investir dans la commercialisation d'un service peut paraître inutile, comparativement à l'achat d'une machine spécialisée, mais elle n'en est pas moins importante. «Dans le secteur de l'aluminium, les gens ont souvent de bonnes idées, mais la commercialisation est une activité difficile. Le nouveau programme mis sur pied par la SVA est tout à fait modelé pour moi».

Un des défis est de rencontrer chaque distributeur, d'expliquer les services offerts, les garanties, bref de dispenser toute la formation autour du service offert, ce qui exige du temps et de l'argent. Lorsque l'objectif sera atteint, M. Morin croit pouvoir créer deux nouveaux emplois.

En cette période où l'activité économique se fait plus au ralenti, M. Morin croit que les entreprises devraient en profiter pour investir dans l'innovation et dans les veilles technologiques plutôt que d'attendre après les commandes qui ne viennent pas.

Selon lui, des régions comme la Beauce continuent d'embaucher du personnel parce qu'on y trouve des entreprises innovatrices. La région n'a rien à envier à la Beauce depuis qu'elle possède une route 175 à quatre voies divisées.

Du côté de la SVA, Malika Cherry, directrice, souligne que le nouvel accélérateur technologique de Desjardins-Innovatech rend disponible une somme de 5 millions$ sur cinq ans à raison de cinq dossiers par année. Après moins d'un an d'existence, trois dossiers d'entreprises sont en traitement avancé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer