Chlorophylle sauvée de la faillite

Chlorophylle, l'entreprise de plein air, est sauvée et... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Chlorophylle, l'entreprise de plein air, est sauvée et pourra poursuivre ses activités. Les créanciers ont accepté la proposition à 99 pour cent et recevront en moyenne 8,8 cents pour chaque dollard de la dette d'environ 7 millions de dollars de la compagnie.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chlorophylle, l'entreprise de plein air, est sauvée et pourra poursuivre ses activités. Les créanciers ont accepté la proposition à 99 pour cent et recevront en moyenne 8,8 cents pour chaque dollar de la dette d'environ 7 millions de dollars de la compagnie.

Mardi matin, au Palais de justice de Chicoutimi, le président et directeur général de Chlorophylle, Marc Tremblay, n'aura passé que quelques minutes, le temps de faire entériner la proposition.

« La proposition que nous avions déposée à nos créanciers a été acceptée à 99 pour cent. C'est une excellente nouvelle et ça nous assure la continuité de nos opérations », a indiqué M. Tremblay.

Chlorophylle a proposé un dividende moyen aux créanciers ordinaire de 8,8 pour cent. Il a été entendu qu'un chèque serait remis en décembre pour régler le dossier.

En décembre 2015, l'entreprise de Chicoutimi s'était placée sous la loi de la faillite et l'insolvabilité. La compagnie de vêtement de plein air se retrouvait avec une dette de 7 M$. Les principaux créanciers étaient la Banque Royale du Canada (3,5 M$), la Banque de développement du Canada (1 M$), Investissements Québec (516 000 $), de même que Fondaction CSN et Desjardins pour 500 000 $.

// Plus de détails dans Le Quotidien demain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer