150e d'Alma: RTA et Proco investissent dans la passerelle

Près de 90 % de la construction de... (Photo Le Quotidien, Gimmmy Desbiens)

Agrandir

Près de 90 % de la construction de la passerelle du 150e d'Alma est régionale. Les entreprises privées Rio Tinto Aluminium et Construction Proco ont investi dans le projet. Les cyclistes et les piétons pourront circuler sur la nouvelle structure en novembre prochain.

Photo Le Quotidien, Gimmmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

L'entreprise privée investit dans la construction de la passerelle du 150e d'Alma. Rio Tinto Aluminium (RTA) injecte 300 000$ dans ce projet dépassant les trois millions$ et dont les travaux battent leur plein dans la rivière Petite Décharge. Constructions Proco fait quant à elle don de la conception, de la fabrication et de la livraison d'un tablier d'aluminium d'une valeur de 250 000$.

Le conseiller Frédéric Tremblay, le directeur Développement économique... (Photo Le Quotidien, Gimmmy Desbiens) - image 1.0

Agrandir

Le conseiller Frédéric Tremblay, le directeur Développement économique régional chez Rio Tinto, Gilles Grenon, le chef des opérations Métal primaire Rio Tinto Aluminium, Étienne Jacques, le maire Marc Asselin et Jean Denis Toupin de Proco.

Photo Le Quotidien, Gimmmy Desbiens

Pour la multinationale, ce partenariat est bien plus qu'un support financier. La passerelle, conçue et construite par des entreprises d'ici et des experts du CEE-UQAC, est une autre vitrine du savoir-faire régional. En 2010, RTA avait fait la même chose pour le projet du train du Zoo de Saint-Félicien fabriqué à 85% d'aluminium par une entreprise de Chambord.

«Ce qu'on veut faire, c'est de laisser des exemples de savoir-faire de la région, comme on l'a fait avec les trains du zoo. Il s'agit de montrer les connaissances, les compétences de la région. On va continuer d'aider financièrement les événements, mais on aime de plus en plus financer ce genre de projet qui permet de se rallier plus, de se connaître plus. Et ce genre de projet-pilote permet aussi de voir ce qu'il manque dans la chaîne pour être capable d'avoir un projet 100% régional. Dans celui-là, on ne sera pas loin, avec 90%. Mais il faut faire des projets pour être capable d'identifier ces choses-là», insiste Étienne Jacques, chef des opérations, Métal primaire, Rio Tinto Aluminium.

Proco de Saint-Nazaire a accepté de contribuer au projet pour deux raisons. Pour bonifier son porte-folio industriel en matière d'aluminium, mais aussi pour remercier la ville d'Alma d'être aussi innovante.

«On est heureux de l'offrir. On est vraiment fiers de ce qui se fait à Alma. Ça bouge ici», exprime Jean-Denis Toupin de Proco, également président du comité organisateur des Jeux du Québec d'Alma.

Des partenariats qui réjouissent le maire Marc Asselin, qui tenait à laisser une telle structure en héritage aux citoyens. «On a une usine d'extrusion, on a l'aluminium de la région, des gens qui travaillent de manière ingénieuse. La passerelle montrera ce qui se fait de mieux chez nous», mentionne le maire.

Construction régionale

En effet, le pont piétonnier a été conçu et fabriqué en majeure partie dans la région. L'usine d'Arvida fournit les billettes d'aluminium qui sont transformées à l'usine d'extrusion Pexal Tecalum. Proco utilise ensuite les pièces extrudées pour fabriquer le pont. Les Entreprises Rosario Martel et Alma Soudure participent aussi aux travaux.

Les travaux de construction avancent rondement. L'ancienne passerelle a été démolie et une structure en acier a été aménagée temporairement pour accueillir le nouveau tablier en aluminium.

Si tout se déroule comme prévu, le pont piétonnier sera ouvert au public en novembre 2016. En plus de l'aide des entreprises, Québec a versé un million pour la concrétisation du projet. Alma défraye le reste de la facture.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer