Forêt: propice à l'investissement, selon Lessard

Le ministre Laurent Lessard a mentionné que les... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le ministre Laurent Lessard a mentionné que les compagnies forestières ont puisé dans le bois de meilleure qualité pour passer à travers la crise.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, soutient que le gouvernement du Québec a mis en place des mesures budgétaires pour créer des conditions propices à l'investissement. Il constate qu'elles ont déjà créé un certain intérêt avec l'annonce de Résolu de se lancer dans la production de filaments cellulosiques.

De passage à Chicoutimi après une visite de la scierie de Petit-Saguenay, qui a repris les opérations dans le sciage du feuillu, le ministre Lessard a défendu l'approche du gouvernement du Québec pour répondre aux doléances des industriels. Il s'agit d'une approche basée sur la réduction des coûts de la fibre combinée à des mesures fiscales pour soutenir l'investissement dans de nouveaux projets.

«On se faisait dire que c'était au Québec que la fibre était la plus chère au monde. On a mis en place un comité et le rapport a été présenté avec le budget. Il y a eu une réduction de l'ordre d'un peu plus de deux dollars le mètre cube de bois. On n'entendra plus dire que c'est au Québec que la fibre est la plus coûteuse», a répété le ministre.

En plus des mesures budgétaires qui vont modifier à la baisse la facture des redevances pour la récolte forestière, le gouvernement entend générer des investissements dans de nouveaux projets en modulant la tarification de l'électricité. En ce moment, les entreprises forestières ont accès au tarif L d'Hydro-Québec.

«À partir d'un mécanisme basé sur un déclencheur de X millions dans un nouveau projet, le gouvernement va permettre à l'entreprise d'obtenir le tarif L d'Hydro-Québec, moins 20% pour une période de quatre ans. Lors de la présentation du budget, les industriels comme M. Garneau ont vite compris l'importance que ces mesures représentaient et on a déjà des indications», ajoute le ministre.

L'investissement de Résolu consiste à transformer dans des raffineurs haute pression la pâte kraft de son usine de Saint-Félicien. Selon le ministre Lessard, il s'agit d'un projet à valeur ajoutée intéressant et le gouvernement est content d'entendre le président de Résolu donner un signe favorable pour un investissement important.

Quant à la seconde demande de Résolu, soit de donner plus de sécurité dans les approvisionnements avec de la stabilité et de la prévisibilité, le ministre Laurent Lessard est demeuré ferme. Québec ne pourra jamais s'engager à donner des garanties sur des approvisionnements pour des périodes de plus de cinq ans. Il affirme que cette réalité est la même partout et qu'il n'est pas question de retourner dans le passé ou de replonger le Québec dans le climat de l'erreur boréale.

Devant le Cercle de presse du Saguenay, Richard Garneau a reconnu qu'il serait plus facile de justifier un projet majeur comme celui de doubler la capacité de l'usine de pâte kraft de Saint-Félicien avec des approvisionnements à long terme (20 ans).

Le ministre a discuté avec Richard Garneau et est loin d'en déduire que ce projet est coulé dans le béton, et ce, nonobstant les approvisionnements à long terme.

Il a toutefois refusé d'interpréter les propos de Richard Garneau devant les journalistes.

Un éventail exhaustif des caribous forestiers

(LT) - Le gouvernement du Québec va réaliser un inventaire exhaustif des hardes de caribous qui ont comme aire de répartition la forêt boréale. La démarche a comme but d'adopter des mesures de protection efficaces contre la fronde des environnementalistes, qui ont choisi cette espèce pour mener les grandes campagnes contre l'industrie québécoise et canadienne sur les marchés internationaux.

Le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, a expliqué en entrevue au Quotidien qu'il s'agissait d'un premier jalon important dans le Plan d'action gouvernemental pour l'aménagement de l'habitat du caribou forestier. Ce plan remplace d'une certaine façon le Plan de rétablissement du caribou forestier 2013-2023, qui n'a jamais été adopté par le gouvernement. Réalisé par l'Équipe de rétablissement du caribou forestier, ce dernier aurait fait disparaître trois millions de mètres cubes de la possibilité forestière et 9000 emplois.

Malgré l'abandon de ce plan, le gouvernement du Québec, selon les propos du ministre, entend maintenir la norme maximale de perturbation de 35% du territoire. Laurent Lessard explique que Québec n'a pas le choix de maintenir ce critère afin de mettre en place ses propres mesures au lieu de celles du gouvernement fédéral. Selon le ministre, la problématique du caribou forestier a été soulevée dans la crise de la certification FSC, et l'adoption du plan devrait permettre de répondre à cet élément.

«Dans la perte de certification, il y avait deux éléments. Une dérogation majeure reliée aux communautés autochtones et une seconde mineure pour le caribou forestier. Nous avons eu une entente avec les Cris et il reste maintenant la question du caribou que nous voulons régler», précise Laurent Lessard.

Le titulaire de la Forêt est revenu sur toute la dynamique mettant en présence l'organisme de certification Forest Stewardship Council. Pour le gouvernement du Québec, il ne sera jamais question d'accepter la nouvelle résolution sur l'atteinte de 80% de paysages forestiers intacts pour chacune des unités d'aménagement. Québec voit la forêt boréale dans un grand bloc, que ce soit pour le caribou ou les paysages forestiers intacts. C'est pour cette raison que Laurent Lessard a indiqué, lors d'un colloque organisé par FSC à Bonn en Allemagne, qu'en ce moment, 90% des paysages forestiers de la forêt boréale sont intacts, ce qui comprend la forêt située au nord de la limite de la forêt sous attribution.

Québec vise principalement à maintenir la possibilité forestière malgré les politiques déjà annoncées pour augmenter la protection de grands espaces. Québec adoptera des mesures de compensation pour répondre aux inquiétudes de l'industrie face à la protection de 50% de tout le territoire du Plan Nord et l'augmentation de la superficie des aires protégées de 9 à 17% d'ici 2020.

Quant à la limite nordique, le ministre Laurent Lessard explique qu'elle n'aura aucun impact sur la possibilité forestière. Québec a retenu la même que celle en place depuis sa création. Les spécialistes ont toutefois indiqué des contraintes importantes pour cette limite et le député Alexandre Cloutier aurait souhaité que Québec mesure avec précision l'impact de ces contraintes avant d'adopter la limite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer