Filaments cellulosiques: Résolu projette investir 25 M$

La pâte comme celle produite à l'usine de... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

La pâte comme celle produite à l'usine de Saint-Félicien (photo) est utilisée pour produire des filaments cellulosiques, mais le raffinage du produit peut s'effectuer dans les trois autres usines de Résolu dans la région.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La papetière Résolu procède aux analyses techniques pour réaliser un investissement de l'ordre de 25 M$ dans l'une des trois papeteries de la région qui lui permettra de se positionner pour le marché des filaments cellulosiques, un tout nouveau sous-produit du bois utilisé dans une gamme impressionnante de produits en remplacement des fibres émanant de produits pétroliers.

Le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn, a indiqué au Quotidien que le projet était envisageable dans un avenir rapproché. Les échéanciers ne sont pas encore arrêtés, mais le porte-parole parle en termes de mois puisque la technologie est maintenant développée.

Résolu, tout comme Kruger, a les autorisations nécessaires pour passer à la production industrielle des filaments cellulosiques. «Nous avons travaillé conjointement avec FP Innovation pour le développement de la technologie. C'est une question de mois pour bien évaluer techniquement les installations dans nos usines afin de choisir l'endroit qui offre les meilleurs atouts.»

Richard Garneau, président de Produits forestiers Résolu... (Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Richard Garneau, président de Produits forestiers Résolu

Archives La Presse

Les ligaments cellulosiques constituent un véritable développement pour les produits du bois. Les filaments sont déjà employés dans la production des papiers fins et papiers tissus, de certaines composantes pour l'industrie de l'aéronautique et les matériaux de construction.

«On les utilise dans le béton pour renforcer les structures. Ce sont des filaments qui rendent le béton plus solide. C'est un produit d'avenir et nous voulons nous positionner. Il y a de la place dans nos usines de la région pour réussir à installer les équipements. Ça prend des raffineurs et de l'énergie pour la production de ce matériau», a expliqué le président et chef de la direction, Richard Garneau, en marge du Cercle de presse du Saguenay.

M. Garneau ajoute que Résolu poursuivait deux objectifs dans ce projet qui sera officiellement réalisé dans l'une des papeteries de la région. Résolu entend se positionner comme producteur majeur pour le marché naissant de cette nouvelle fibre. Ce positionnement devrait en même temps permettre à la papetière d'écouler une partie de la production de pâte Kraft de Saint-Félicien en lui donnant une bonne valeur ajoutée.

Le processus de fabrication de la fibre cellulosique ou de filaments cellulosiques est relativement simple. Il s'agit d'utiliser de la pâte kraft qui est produite à l'usine de Saint-Félicien avec un traitement chimique des copeaux. La pâte kraft est par la suite soumise à un traitement physique avec l'utilisation de raffineur à haute pression.

Résolu possède des capacités de raffinage dans ses trois papeteries de la région. Kénogami, Alma et Dolbeau possèdent des plans de pâtes thermomécaniques modernes qui ont une bonne capacité. Avec la fermeture des machines à papier dans ces trois usines, l'entreprise dispose d'une capacité non utilisée de raffinage.

«On ne parle pas ici de la création de centaines d'emplois. Mais ça permet de consolider nos opérations et de nous positionner pour le marché. Les analyses techniques ne sont pas complétées et on ne peut pour le moment identifier le site retenu tout comme la capacité de production qui sera installée pour commencer.»

Les enjeux de la papetière pour ce nouveau marché se résument à la possibilité d'avoir accès à des marchés. Il y a de ce côté des criantes quant aux campagnes menées par Greenpeace auprès des clients et utilisateurs de produits provenant de la forêt boréale comme la pâte kraft de l'usine de Saint-Félicien. La papetière doit aussi mesurer la prévisibilité de ses approvisionnements forestiers à long terme. La première phase du projet de production industrielle de filaments cellulosiques est quant à elle pratiquement confirmée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer