Un sex-shop sur la Saint-Do

Tandis que le bar de danseuses nues JR se cherche un nouveau domicile, une... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Photo Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Tandis que le bar de danseuses nues JR se cherche un nouveau domicile, une première boutique d'accessoires érotiques voit le jour à Jonquière.

Cynthia Gagnon et Josée Ménard croient qu'il y... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais) - image 1.0

Agrandir

Cynthia Gagnon et Josée Ménard croient qu'il y a un marché, à Jonquière, pour des jouets sexuels et de la marchandise érotique.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais

Les projets n'ont aucun lien, mais les propriétaires du commerce, qui vient tout juste d'ouvrir ses portes sur la rue Saint-Dominique, croient que les deux établissements pourraient éventuellement cohabiter.

Cynthia Gagnon et Josée Ménard sont convaincues qu'il existe un marché pour la lingerie osée et les jouets sexuels dans l'arrondissement jonquiérois, où il n'y a actuellement aucun magasin du genre. Les dames, qui travaillent dans une petite galerie d'art du centre-ville, ont profité d'un espace vacant pour ouvrir boutique au sous-sol. Le tout s'est fait de façon officielle lors d'un cinq à sept tenu jeudi.

Cynthia Gagnon n'est pas étrangère à l'univers des produits érotiques, elle qui a animé plusieurs soirées de démonstration à domicile au cours des cinq dernières années. Selon elle, les tabous entourant la sexualité sont beaucoup moins présents qu'autrefois et la porte est grande ouverte pour un brin de fantaisie.

Le coco vibrant (photo du haut) est populaire... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais) - image 2.0

Agrandir

Le coco vibrant (photo du haut) est populaire autant chez les hommes que chez les femmes. Mais ce sont les vibrateurs qui restent les plus populaires.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mariane L. St-Gelais

Certains articles comblent des besoins, croit la copropriétaire, autant chez les couples que chez les personnes seules. Les vibromasseurs ont toujours la cote chez les dames. Et comme on n'arrête pas le progrès, une application mobile a même été lancée par une compagnie, laquelle permet de contrôler un objet de cet acabit à partir d'un téléphone intelligent.

«C'est l'idéal quand monsieur travaille dans le nord», fait valoir Cynthia Gagnon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer