L'étude d'impact confié à WSP

L'étude devra décrire les installations de liquéfaction du... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'étude devra décrire les installations de liquéfaction du gaz naturel jusqu'au point de raccordement avec la conduite de transport de gaz naturel.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le projet de construction d'une usine de liquéfaction du gaz naturel (Énergie Saguenay), par la société GNL Québec, franchit une nouvelle étape. La firme WSP Canada inc. s'est vu octroyer un mandat pour la préparation de l'étude d'impact environnemental nécessaire à la poursuite du projet d'une valeur de 7,5 milliards de dollars.

L'étude sera réalisée par l'équipe de WSP (autrefois Génivar) établie au Saguenay et au Lac-Saint-Jean. Celle-ci sera appuyée par les spécialistes de la société régionale Groupe Conseil NutshimitNippour qui dispose de bureaux à Jonquière, Mashteuiatsh et sur la Côte-Nord. Cela fait suite au dépôt de l'avis de projet par GNL Québec, le 10 novembre dernier.

L'étude devra décrire les installations de liquéfaction du gaz naturel jusqu'au point de raccordement avec la conduite de transport de gaz naturel, comprenant des équipements de réception et de traitement du gaz naturel, des circuits de liquéfaction, des réservoirs d'entreposage de GNL et de fluides réfrigérants, des torchères, des génératrices, des gazoducs de liaison et des canalisations de retour des vapeurs.

On y inclut aussi les infrastructures maritimes, comprenant une jetée, une plateforme, un quai pour l'accostage des navires-citernes de GNL, ainsi que les ducs-d'Albe d'amarrage et d'accostage et des passerelles interconnectées pouvant être installées entre la plateforme, la jetée et les ducs-d'Albe, notamment leur superficie, leur taille et leur emplacement, ainsi que leur orientation par rapport aux terminaux existants.

Une fois terminée, l'étude d'impact sera analysée par l'Agence canadienne d'évaluation environnementale (ACEE) ainsi que par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et la Lutte aux changements climatiques du Québec (MDDELCC). Cette analyse peut prendre plusieurs mois et nécessite généralement des compléments d'information de la part du promoteur.

«L'avis de projet que nous avons déposé aux deux gouvernements et qui déclenche le processus environnemental, dont l'étude d'impact est la première étape, inclut l'usine, les réservoirs et le quai. Le gazoduc n'est pas inclus puisque GNL Québec ne sera pas le promoteur du projet. Le promoteur n'est pas encore connu», précise Marie-Claude Lavigne, directrice des affaires publiques. En ce qui a trait au montant du contrat accordé à WSP, il est confidentiel, selon elle.

Le dépôt de l'étude d'impact environnemental du projet Énergie Saguenay n'est pas prévu avant le printemps 2017, ce qui conduirait à une analyse du BAPE en 2018 au plus tôt et par la suite à une décision finale d'investissement.

«Nous confirmons aujourd'hui l'octroi de ce mandat particulièrement important pour la poursuite de notre projet à une firme, WSP Canada inc., bien ancrée dans la région et qui est bien au fait de ses réalités et de ses enjeux. Nous sommes d'autant plus heureux de confirmer que Groupe Conseil Nutshimit-Nippour collaborera à la réalisation de l'étude d'impact. Cela témoigne de notre volonté de mettre à profit l'expertise régionale. Enfin, l'annonce d'aujourd'hui démontre que le projet Énergie Saguenay continue de progresser sur des bases solides», souligne M. Michel G. Gagnon, président de GNL Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer