Savoir Affaires: de nouvelles idées sur la table

Plusieurs idées ont foisonné dans la tête des... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Plusieurs idées ont foisonné dans la tête des étudiants lors de l'évènement Savoir Affaires.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

PAGE UQAC / Après les intervenants au Sommet économique régional, c'est maintenant au tour des étudiants de proposer des idées pour répondre aux enjeux des différents secteurs économiques de la région.

Proposer des idées d'affaires sur quatre thèmes, l'agroboréal, la forêt, le numérique et la transformation de l'aluminium, en quatre jours: c'est le défi qu'ont relevé la semaine dernière une cinquantaine d'étudiants de dix établissements universitaires du réseau de l'Université du Québec.

L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) accueillait la quatrième édition de Savoir affaires, une initiative de développement économique qui vise à faire émerger des idées d'affaires et d'innovation.

Les quatre thématiques de Savoir affaires au Saguenay-Lac-Saint-Jean avaient été choisies parmi les sujets abordés lors du Sommet économique régional qui s'est déroulé en juin, à Alma.

Un projet par jour

Les étudiants de deuxième et troisième cycles, de différents domaines d'étude, étaient jumelés en équipe de six à sept personnes et devaient, en une journée, proposer une idée d'entreprise ou d'innovation, élaborer un plan d'affaires, présenter le tout en cinq minutes, et se soumettre aux questions d'un jury.

«C'est tout un défi et c'est une expérience très demandante, car il faut cerner les enjeux, proposer des solutions et des idées qui soient viables», souligne Marianne Bolduc, étudiante à la maîtrise en gestion des organisations, rencontrée jeudi midi en compagnie de cinq des huit étudiants de l'UQAC sélectionnés pour participer à l'événement. Le PDG d'Investissement Québec, Pierre Gabriel Côté, était d'ailleurs l'invité d'honneur du dîner.

Toute la semaine, les groupes d'étudiants pouvaient compter sur le soutien de gens d'affaires liés au domaine ciblé chaque jour. Lorsqu'ils n'avaient pas la réponse aux questions des étudiants, ils cherchaient à l'obtenir auprès de leurs contacts.

«Au début, je me demandais comment nous allions faire pour pouvoir produire un plan d'affaires en une journée. Mais je me suis rendu compte que tout est possible, car nous regorgeons de créativité en équipe», mentionne Djaouratou Traore, étudiante au doctorat en développement régional.

Abderrahmane Benzaoui, étudiant au postdoctorat en ingénierie, a apprécié comme ses collègues travailler en équipe avec des étudiants d'autres institutions et de domaines différents. «Ça permet une complémentarité intéressante. Comme l'a dit un professeur, pour concrétiser une idée d'affaires, il ne faut pas se lancer avec des amis, mais avec des gens avec qui nous avons une complémentarité», explique-t-il.

Savoir affaires se terminait vendredi midi. La cinquième édition de Savoir affaires se déroulera à l'École de technologie supérieure en 2017.

Résultats concrets

Savoir affaires vise la concrétisation des projets d'affaires élaborés pendant la semaine. «J'ai vu plusieurs idées intéressantes, dont une sur le thème de la forêt, le bois et les sous-produits, qui devrait certainement se concrétiser», souligne le recteur de l'UQAC, Martin Gauthier. Certains étudiants et gens d'affaires, cette semaine, discutaient déjà de financement pour leur projet.

Si quelques-unes de ces idées finiront certainement par aboutir dans les médias, ce n'est toutefois pas dans cette page que vous en apprendrez sur les projets élaborés par les étudiants: une entente de confidentialité de 90 jours lie les participants.

Le but de l'exercice est de permettre aux étudiants et aux gens d'affaires qui ont participé à l'événement de concrétiser les idées d'affaires proposées. Dans trois mois, elles seront rendues accessibles au public.

L'enthousiasme des jeunes de passer à l'action était palpable jeudi, après avoir passé près de quatre jours à cogiter en groupe. Trois des étudiants sur les six de l'UQAC qui participaient à l'événement se disaient intéressés à participer au développement d'un des projets.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer