La Coop des deux rives achète le kiosque

Pour Roberval, en plus des fraises et légumes... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Pour Roberval, en plus des fraises et légumes cultivés par André Lévesque, on y retrouvera différents produits selon la demande et les goûts des clients.

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

La Coop des deux rives a acheté le kiosque de légumes d'André Lévesque à Roberval pour déployer son réseau de marchés publics.

«Nous voulons rendre accessibles à plus de gens possibles dans la région les produits de nos maraîchers et des membres de la coopérative Norbio. Le kiosque de monsieur Lévesque est parfaitement situé. De plus, nous allons continuer à vendre ses produits tout en complétant l'offre avec différents produits de producteurs locaux», a indiqué le directeur général Dominique Tremblay.

La coopération avait amorcé l'expérience en achetant l'ancien «gaz-bar» de Normandin rendu populaire par la chanson des Colocs. Le succès du P'tit marché a donné l'idée à la Coop des deux rives d'en faire plus. Après Roberval, on pense s'installer à Dolbeau-Mistassini. «Ça devait être plus en 2017. On a ciblé des endroits comme les Halles des bleuets ou le marché qui doit s'ouvrir au centre-ville. Il n'y a pas eu encore de discussion avec eux. Cependant, on n'ira pas concurrencer des partenaires qui sont déjà bien implantés comme Les Jardins de Saint-Félicien et le producteur Guillaume Doucet à Saint-Prime», précise le directeur général.

Pour Roberval, en plus des fraises et légumes cultivés par André Lévesque, on y retrouvera différents produits selon la demande et les goûts des clients. De la viande et des fromages locaux y seront distribués. «Notre but, c'est d'offrir à la population des produits frais de qualité à très bon prix. D'ailleurs avec la baisse du dollar canadien je crois que les légumes de la région vont être moins chers que ceux en provenance du Mexique», exprime-t-il.

Dominique Tremblay note une forte tendance pour l'achat local par les consommateurs. «Les gens se rendent bien compte que ça n'a pas de sens d'acheter des fèves qui ont parcouru 5000 kilomètres alors qu'il y en a qui viennent d'ici», affirme-t-il.

Ce dernier pense déjà que le kiosque de Roberval devra être agrandi pour la saison 2017 pour répondre à la demande. André Lévesque se trouvait un peu à l'étroit dans son kiosque tant l'achalandage était bon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer