Le comité CVD persiste

Le débat porte autour de l'agrandissement du lac... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le débat porte autour de l'agrandissement du lac de boues rouge qui accueille les résidus de bauxite, qui sert à la production d'alumine à l'Usine Vaudreuil.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Le comité de Citoyens pour un Vaudreuil Durable (CVD) croit qu'il existe des solutions de rechange acceptables et durables pour l'avenir de l'Usine Vaudreuil.

«Des projets innovants, structurants et créateurs d'emplois, comme l'exemple des brasques usées, doivent être développés pour assurer un partenariat d'avenir», a affirmé la présidente du CVD, Lana Pedneault, par voie de communiqué.

«La multinationale Rio Tinto a tout à gagner dans le projet d'expansion du site de résidus de bauxite produits à l'Usine Vaudreuil. Mais l'alternative présentée lors des consultations d'octobre dernier est socialement inacceptable pour les membres du CVD. Nous ne sommes pas contre les emplois, nous sommes contre le projet tel qu'il nous a été présenté. Pour nous, l'emploi a toute son importance, mais il faut aussi tenir compte de l'ensemble des paramètres du projet pour établir un dialogue ouvert et constructif!» a ajouté Mme Pedneault.

Le comité souhaite travailler en collaboration pour le développement d'un projet durable et viable à long terme. «Rio Tinto possède des avantages indéniables grâce à nos ressources hydroélectriques qui leur permettent de produire un aluminium vert depuis 80 ans. Notre volonté est de trouver des solutions de rechange pour léguer un territoire sain et un environnement où il fera bon vivre aux générations futures», a affirmé Lana Pedneault.

Les membres du CVD ont passé les trois derniers mois à s'informer, à questionner et à sensibiliser tous les intervenants sur les impacts sociaux, environnementaux et de santé le projet peut représenter.

«Le constat est qu'il y a un manque flagrant d'information au sein la population quant au projet. Il y a lieu de s'inquiéter lorsqu'on vous propose d'entreposer des milliers de tonnes de résidus toxiques contenant de fortes teneurs en arsenic, thorium, plomb et uranium à 500 mètres des résidences», a indiqué la présidente du comité.

«Le CVD a pour mission de protéger la zone verte au coeur de Saguenay des impacts du projet d'expansion d'un dépotoir industriel afin de permettre la pérennité de son utilisation par les citoyens», a-t-elle ajouté.

Le Comité travaillera donc à sensibiliser et rallier la population, les élus, les instances gouvernementales et paragouvernementales aux impacts sociaux, environnementaux et sur la santé du Projet Vaudreuil au-delà de 2022, et à amener Rio Tinto à développer une alternative viable et durable pour protéger les emplois et la population.

Le comité prévoit également demander l'intervention du BAPE étant donné l'ampleur du projet et les impacts à long terme des résidus de bauxite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer