FSC abandonne l'idée de la médiation

Le directeur général de FSC, Kim Carstensen... (Archives La Presse)

Agrandir

Le directeur général de FSC, Kim Carstensen

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Conseil d'administration du Forest Stewardship Council International (FSC) envisage des mesures coercitives contre Produits forestiers Résolu en raison de l'échec de la proposition de médiation faite à la papetière et aux autres parties prenantes en vue de régler les problèmes d'application de la norme commerciale dans la forêt boréale québécoise et canadienne.

L'organisme a publié un communiqué officiel, jeudi, en guise de conclusion de la visite au Canada de son directeur général, Kim Carstensen.

M. Cartensen effectuait une tournée en vue de trouver une solution aux problèmes qui ont mené à la suspension de certificats FSC pour certaines papetières.

Consentement préalable

Les problèmes en question sont principalement reliés à la notion de consentement préalable, libre et éclairé des communautés autochtones et aux politiques de protection des espèces comme le caribou forestier.

«L'attitude de Produits forestiers Résolu et son manque de volonté à s'engager à trouver des solutions aux problèmes qu'elle a elle-même soulevés seront soumis au conseil d'administration du FSC International lors de sa prochaine réunion, en mars prochain. Une demande sera alors faite au conseil d'envisager la possibilité de destituer Produits forestiers Résolu en tant que membre ou d'examiner d'autres mesures prévues aux statuts du FSC afin qu'il soit clair que FSC exige que ses membres partagent les mêmes valeurs de coopération et d'engagement constructif sur lesquelles repose le système du FSC», a indiqué Kim Cartensen.

Rencontre

Le directeur général de FSC évoque la rencontre tenue avec le président de Résolu, Richard Garneau, pour justifier le transfert du dossier au conseil d'administration. Le directeur général considère que le patron de PFR n'a pas démontré d'ouverture face à la proposition de médiation. Dans un tel contexte, FSC n'a d'autre choix que d'envisager des mesures particulières qui pourraient aller jusqu'à l'expulsion de Résolu à titre de membre de la chambre économique.

«Nous avons rencontré le PDG de Résolu, mais ce dernier ne nous a donné aucun signe que Résolu était prête à faire les efforts nécessaires pour résoudre les problèmes qu'elle avait elle-même si bien soulevés. Cela confirme les signaux négatifs que nous recevons continuellement de Résolu et c'est pour cette raison que le FSC abandonne l'idée d'aller en médiation avec Produits forestiers Résolu», précise Kim Cartensen.

Membre et détenteur

Le président de FSC Canada, François Dufresne, a indiqué au Quotidien qu'il y avait une distinction à faire entre un membre FSC et un détenteur de certificat. Une entité ou entreprise peut détenir des certificats FSC sans nécessairement être membre et un groupe ou communauté autochtone peut être un membre FSC sans détenir de certificat. FSC n'a pas fait l'évaluation de l'impact du départ de Résolu à titre de membre et à titre de détenteur de certificat pour le Canada et le Québec.

Le président a attiré l'attention du Quotidien sur le lancement d'une discussion nationale pour préparer la mise en oeuvre de la nouvelle norme FSC devant entrer en vigueur en 2017. Il s'agit d'une norme unifiée qui va remplacer les quatre normes en ce moment utilisées par les auditeurs pour accorder les certificats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer