Perte nette de 214 millions $ pour PFR

Les résultats du dernier trimestre de 2015 ne... (Archives La Presse)

Agrandir

Les résultats du dernier trimestre de 2015 ne découragent pas le grand patron de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le dernier trimestre de 2015 n'a pas été reluisant pour Produits forestiers Résolu. La compagnie a annoncé une perte nette de 214 millions de dollars, soit 2,39$ par action.

Ce mauvais trimestre plombe donc le résultat de l'année pour laquelle les pertes d'exploitation se chiffrent à 219 millions $, contre une perte de 174 millions $ en 2014. «La diminution des prix de vente à l'échelle de tous les secteurs a eu une incidence défavorable de 348 millions $ sur le bénéfice d'exploitation de l'exercice et correspond à une diminution du prix de vente moyen de 17% pour le secteur Produits du bois, de 13% pour le secteur Papier journal, de 8% pour le secteur Pâte commerciale et de 2% pour le secteur Papiers pour usages spéciaux», donne-t-on comme explication dans un communiqué de presse.

Cette perte nette est de 26 millions $, soit 0,29$ par action, pour le trimestre se terminant le 31 décembre, si les éléments hors gestion courante ne sont pas comptabilisés. Les ventes du trimestre ont atteint 894 millions $, en baisse de 161 millions $, soit 15%, par rapport au quatrième trimestre de 2014.

Ces résultats ne découragent pas le grand patron Richard Garneau. «On aurait aimé mieux avoir de meilleurs résultats, mais nous devons composer avec la réalité du marché et la faiblesse de nombreuses devises. L'euro a baissé tout comme la monnaie de la Russie, ce qui provoque une baisse de prix, car pour vendre, ces pays coupent les prix. Ça nous affecte donc. Ce n'est pas la première fois en 45 ans dans le monde forestier que je vois des trimestres difficiles. Nous pensons que ça devrait s'améliorer en 2016», a-t-il confié lors d'un entretien.

Malgré ces mauvais résultats, Richard Garneau ne croit pas que les usines de la région écopent.

Pâte commerciale

Le seul point positif de ces résultats est le secteur pâte commerciale qui a dégagé un bénéfice d'exploitation de 17 millions $ pour le quatrième trimestre, soit 5 millions $ de moins qu'au troisième trimestre.

«Le fléchissement reflète un recul de 3%, soit 16$ par tonne métrique du prix de vente moyen, ce qui s'explique d'abord et avant tout par les conditions moins favorables sur les marchés nord-américains et par une diminution de 24 000 tonnes métriques (7%) des volumes expédiés», explique-t-on.

«L'usine de Saint-Félicien est productive. Avec tous les investissements que nous avons réalisés, notamment pour l'environnement, nous avons fait des gains. Le marché de la pâte va bien», a indiqué Richard Garneau.

Le secteur Produit du bois, qui inclut le bois d'oeuvre, a enregistré une perte d'exploitation de 8 millions $ pour le trimestre, comparativement à un bénéfice de 9 millions $ pour le troisième trimestre. Cette différence reflète la diminution du prix de vente moyen de 18$ par millier de pieds mesure de planche (pmp), soit 6%, et une variation défavorable découlant de la comptabilisation de crédits d'impôt additionnels liés aux investissements en infrastructure au troisième trimestre.

Cette situation a poussé la compagnie à fermer pour une période indéterminée la scierie de Saint-Thomas-Didyme.

«Il y a 90$ de différence entre le prix pour le mille pieds planche 2x4 huit pieds avec celui neuf pieds. À Saint-Thomas, on ne fait que du stud huit pieds, on ne réussit donc pas être rentable. Dès que les prix vont se ressaisir, on va la rouvrir. Aussi, ce qui fait mal, c'est le bois de la Colombie-Britannique qui est vendu aux États-Unis pour compenser la baisse de la demande en Chine et au Japon. Ça fait descendre les prix», explique le patron de Résolu.

La dégringolade pour le secteur Papier journal se poursuit. La perte s'élève à 13 millions $ pour le trimestre. Le recul était de 10 millions $ au trosième trimestre. «L'augmentation de la perte s'explique par le fléchissement continu du prix de vente moyen, qui a affiché une baisse additionnelle de 3%, soit 14$ par tonne métrique, pour s'établir à 484$ par tonne métrique. Il s'agit du cinquième trimestre consécutif au cours duquel le prix moyen diminue de plus de 10$ par tonne métrique.»

Le secteur Papiers pour usages spéciaux a enregistré une perte d'exploitation de 2 millions $ pour le trimestre, par rapport à un bénéfice de 9 millions $ pour le troisième trimestre. La variation s'explique d'abord et avant tout par une augmentation des coûts de fabrication découlant de la transition vers le nouveau lessiveur de pâte en continu de Calhoun et de son prédémarrage, ainsi que de certaines inefficacités opérationnelles à Catawba, lesquelles ont donné lieu à une hausse de 4% du coût livré pour le trimestre. Le prix de vente moyen est demeuré essentiellement stable, mais les volumes expédiés ont fléchi de 12 000 tonnes courtes, soit 3%.

«Ce qui nous fait mal, c'est la taxe imposée sur les ventes aux États-Unis qui nous oblige à placer de 25 à 30 millions $ par année dans une fiducie. Ce sont des liquidités auxquelles on n'aura pas accès pour faire des investissements», souligne Garneau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer