Construction: une plongée plus forte que prévu

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a connu une baisse de 25... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a connu une baisse de 25 % du nombre d'heures travaillées dans l'industrie de la construction en 2015.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Avec une baisse de 25% du nombre d'heures travaillées dans l'industrie de la construction en 2015, le Saguenay-Lac-Saint-Jean a connu une plongée beaucoup plus importante que ce qu'avait prévu la Commission de la construction du Québec (CCQ) à pareille date l'an dernier.

À l'époque, la Direction de la recherche avait anticipé une baisse de 8% du volume de travail pour atteindre 5,5 millions d'heures travaillées.

Selon Charles Morissette, directeur de la recherche à la CCQ, les dernières données indiquent que les quelque 5000 travailleurs oeuvrant dans ce secteur ont cumulé 4,1 millions d'heures travaillées en 2015.

Industriel

Invité à expliquer les différences dans les prévisions de début d'année, M. Morissette affirme que le ralentissement a été beaucoup plus important que prévu dans le secteur industriel, ce qui est vrai également pour l'ensemble des régions. «La construction industrielle est un secteur sensible face au comportement du marché des ressources naturelles.»

Selon lui, l'écart de 16% dans les prévisions faites à la fin de 2014 découle du fait que le parachèvement des projets en terminaison a généré moins d'heures de travail que prévu.

Perspectives peu reluisantes

Les perspectives pour l'année 2016 ne sont guère reluisantes, puisqu'il est prévu que l'activité fléchira de 3% de plus. L'apparition du projet éolien Val-Éo, d'une valeur de 75 M$, constitue le seul projet d'importance pour la région en plus du projet de nouvelle ligne électrique Chamouchouane-Bout-de-l'Île de 1,4 G$ partagé avec les régions de la Mauricie-Bois-Francs et du grand Montréal.

L'analyse par secteur pour la province permet de constater que la construction industrielle connaît un creux jamais atteint depuis les 20 dernières années avec seulement 10,3 millions d'heures, une baisse qui devrait se poursuivre en 2016 à 9,7 millions. Des projets importants qui étaient sur la planche à dessin l'automne dernier sont abandonnés ou retardés les uns après les autres.

C'est le cas dans la région où les annonces d'investissement des mines Arianne Phosphate au Lac à Paul, Black Rock de Chibougamau, l'expansion des alumineries AP60 à Arvida et de la phase II d'Alma se font attendre.

L'exercice 2016 sera spécial pour le secteur puisqu'en raison des particularités du calendrier en cette année bissextile, les travailleurs oeuvreront une semaine supplémentaire sur les chantiers, par rapport à 2015, ce qui viendra ajouter 2,2% de croissance des heures.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer