Leitao déçu par les exportations

Le ministre des Finances, Carlos Leitao.... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre des Finances, Carlos Leitao.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, se dit un peu déçu des résultats des exportateurs québécois, particulièrement dans le contexte où la valeur du dollar canadien tourne autour des 70 cents US - ce qui devrait leur donner un solide coup de pouce.

«C'est clair que quand on prend les 11 premiers mois de l'année, ça va bien, mais ça pourrait être mieux que ça. On pensait d'ailleurs que la croissance économique du Québec serait plus vigoureuse parce qu'il y aurait des exportations plus vigoureuses que ça. C'est un peu décevant», a commenté le ministre québécois des Finances.

M. Leitao a pris la parole, lundi à Montréal, devant un groupe de gens d'affaires réunis par la Chambre de commerce et d'industrie française au Canada. Il s'est toutefois montré optimiste pour l'année qui s'amorce.

«Aux États-Unis, la première partie de l'année 2015 était un peu incertaine, mais là, on s'attend à ce qu'en 2016 on puisse avoir un rythme de croissance des exportations plus intéressant», a-t-il opiné au cours d'une rencontre avec la presse qui a suivi son allocution.

Il a d'ailleurs apporté un bémol à cet argument de la faiblesse de la valeur du dollar canadien par rapport au dollar américain.

«On dit, et avec raison, que le dollar canadien a beaucoup baissé, en effet, aux alentours de 70 cents US. Mais n'oublions pas non plus que les monnaies de beaucoup d'autres pays ont aussi beaucoup baissé: le Mexique et d'autres pays. Alors notre compétitivité relativement aux fournisseurs américains, oui elle s'est améliorée, mais pas nécessairement vis-à-vis les fournisseurs européens, sud-américains, asiatiques, etc.», a-t-il fait valoir.

Devant son auditoire de gens d'affaires, le ministre Leitao a réaffirmé sa hâte de voir l'économie québécoise croître en 2016, particulièrement grâce aux exportations et aux réinvestissements dans les infrastructures.

Réinvestissement en éducation

Et maintenant que l'équilibre budgétaire est atteint, il compte alléger le fardeau fiscal des Québécois, en s'attaquant d'abord à la «Taxe santé». De même, il promet de réinvestir en éducation.

En novembre dernier, Québec avait annoncé un réinvestissement de 20 millions$, puis 80 millions$ dans les ressources en éducation. Le ministre de l'Éducation, François Blais, avait précisé que les 80 millions$ permettraient l'embauche de 600 enseignants supplémentaires et l'ajout de 200 professionnels pour venir en aide aux élèves ayant des difficultés.

Mais ce n'était qu'un début, selon le ministre Leitao, qui parle maintenant d'un «réinvestissement plus significatif» que ce qui a déjà été annoncé le 29 novembre.

C'était «un premier pas», a-t-il lancé, en souriant et en invitant les intéressés à attendre son prochain budget. «Toutes les marges de manoeuvre ou la plupart des marges de manoeuvre qu'on va dégager, qu'on a dégagées, on va les remettre en éducation», a-t-il promis.

«Je ne pourrai pas révéler quoi que ce soit aujourd'hui, mais c'est clair que c'est notre priorité. La priorité du gouvernement, c'est de réinvestir en éducation et dans cette adéquation marché du travail-éducation. C'est clair que ça va être une des grandes composantes de notre budget, quelque part en mars 2016», a-t-il indiqué aux médias.

Dans son allocution, il s'est dit préoccupé de voir qu'encore aujourd'hui, des entreprises dans certains secteurs se plaignent de leurs difficultés à recruter des travailleurs, alors qu'en même temps, le taux de chômage tourne autour de 7,5 à 8 pour cent.

«Il va falloir lier ça aussi, ce réinvestissement en éducation, au marché du travail», a-t-il prévenu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer