Boire le vin et en parler

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Armin Grassa, du Domaine du Tariquet, sur les... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Armin Grassa, du Domaine du Tariquet, sur les côtes de Gascogne, estime que la beauté de son métier est de boire ce qu'il fait. C'est lui qui a planté les vignes du vin qu'il vous présente.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Le plaisir du Festival des vins de Saguenay commencera à couler jeudi, lors du 5 à 7 d'ouverture à la Place du citoyen, à Chicoutimi. Il se poursuivra vendredi et samedi en haut de la rue Racine. Ça fait 11 ans que des vignerons traversent l'océan pour venir présenter leurs produits dans cet événement festif.

Jean-Claude Mass, des Domaines Paul Mass dans la... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Jean-Claude Mass, des Domaines Paul Mass dans la région du Languedoc considère qu'un bon vin est un vin qui se vit et qu'il faut faire faire confiance à nos goûts.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

« Venir à la rencontre des gens, ça fait partie de notre métier. Au Domaine Tariquet (sur les côtes de Gascogne), je m'occupe du viticole, de la plantation à la récolte sur les 1125 hectares de vigne, alors il faut que je sorte un peu pour nous faire voir », exprime Armin Grassa, qui gère avec son frère et sa tante la production du Château de Tariquet, que j'ai rencontré à la veille de l'ouverture du festival.

Vins du Sud-Est de la France

Armin Grassa représente aussi les vins du sud-ouest de la France qui seront à l'honneur pour l'événement d'ouverture.

Le propriétaire avoue avoir autant de plaisir à prendre soin de ses vignes que de prendre soin des gens qui consomment ses produits. 

« La beauté de notre métier, c'est qu'on boit ce qu'on fait, on en laisse un peu pour les clients, dit-il sourire en coin, mais c'est un véritable bonheur de voir les gens consommer notre vin et en discuter avec eux », fait valoir avec son accent de Gascogne le vigneron qui souligne que toute la production est mise en bouteille et que le Québec est un marché très intéressant pour eux.

« Des événements comme le Festival des vins de Saguenay (il en est à sa deuxième visite) nous permettent de constater que les Québécois ont une belle culture du vin. Ils aiment en boire, mais ils aiment aussi en parler. Je vais passer les prochains jours à répondre aux questions des gens et à leur raconter l'histoire de ma famille depuis cinq générations. Je leur raconte que mes aïeux étaient dompteurs d'ours dans un cirque aux États-Unis avant de revenir en France pour acheter le domaine en 1912. Les gens sont curieux de connaître nos assemblages, ça fait 20 ans que nous sommes sur le marché québécois et nos produits connaissent beaucoup de succès », dit-il.

Domaine Paul Mas

Jean-Claude Mas des Domaines Paul Mas dans le Languedoc en est à sa première visite à Saguenay. 

« Mes représentants participent au festival depuis trois ans. Ils m'ont dit beaucoup de bien de l'événement et des gens d'ici, alors j'ai pris la décision de venir les rencontrer », confie ce passionné de la vigne. 

« Le vin n'a pas le même goût quand on rencontre le producteur et que l'on connaît l'histoire du vignoble. Un bon vin est un vin qui se vit. J'adore les gens qui goûtent avec leur palais et non avec leur cerveau. On commence par aimer un vin, après on apprend à le connaître, à découvrir son histoire », fait valoir le fondateur des Domaines Paul Mas.

« J'aime les gens spontanés, il faut se fier à son goût. Les gens ici ne se contentent pas d'histoire, ils aiment ou ils n'aiment pas. On n'est pas dans le "wine snob" avec des propos trop verbeux, j'aime cette spontanéité », explique celui qui apprécie le vin fait dans les règles de l'art.

« Il nous appartient ensuite de parler de ce qu'on fait et c'est dans des événements comme le festival de Saguenay qu'on a l'occasion de vendre un produit. Nous n'avons pas les budgets de l'industrie du parfum pour faire des campagnes de publicité mondiale. C'est en allant à la rencontre des gens qu'on réussit à se vendre, il faut s'approcher du public et c'est ce que nous faisons », dit-il.

C'est aussi en convainquant des conseillers en vin et des sommeliers qui sont des références pour le public que les producteurs arrivent à séduire une clientèle.

Rencontres

C'est à ce genre de rencontres auxquelles les amateurs de vin peuvent s'attendre dans le cadre du Festival des vins de Saguenay. Ces gens de la terre, ceux-là mêmes qui passent leur journée sur les vignes à cultiver le raisin et à procéder à sa vinification, ce sont eux qui seront dans les stands aménagés sur la rue Racine, vendredi et samedi.

Une trentaine de vignerons et personnalités du vin seront chez nous pour nous faire apprécier ce qu'on aime. Ce n'est pas une mauvaise idée d'aller à leur rencontre et de goûter leurs produits.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer