Entremetteuse de bénévoles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Rivard et Vincent Perreault, originaires de Chibougamau,... (Photo Le Progrès, Michel Tremblay)

Agrandir

Geneviève Rivard et Vincent Perreault, originaires de Chibougamau, ont choisi de s'impliquer bénévolement chez les Petits frères de Saguenay pour s'intégrer à la collectivité.

Photo Le Progrès, Michel Tremblay

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / À l'occasion de la semaine du bénévolat, notre chroniqueur est allé à la rencontre de bénévoles qui se dévouent dans leur collectivité pour rendre service, semer du bonheur, écouter les autres, aider, s'impliquer et créer des liens. Voici le dernier volet de ce qu'il a puisé dans les ressources du Centre d'action bénévole de Chicoutimi et de l'organisme les Petits frères de Saguenay.

Le nombre de bénévoles au Saguenay-Lac-Saint-Jean se compte par milliers. On les retrouve dans toutes les sphères d'activité, dans la santé, l'éducation, le monde du sport, dans les événements et surtout dans le tissu sociocommunautaire de la région. On compte même un centre de recrutement et de placement pour les bénévoles qui ont du temps et qui ne savent pas dans quoi s'impliquer.

« Parfois, il y a des personnes qui nous téléphonent et qui nous disent : sortez-moi de la maison, trouvez-moi quelque chose à faire, je veux rencontrer des gens », raconte Valérie Tremblay, directrice du Centre d'action bénévole de Chicoutimi, qui se qualifie d'entremetteuse entre les bénévoles et les organismes qui ont des besoins.

« La société ne serait pas viable sans l'implication bénévole. Nous collaborons avec une cinquantaine d'organismes à Chicoutimi et, dans la majorité des cas, les bénévoles en retirent autant de bienfaits que ceux qui reçoivent des services », met en relief Valérie Tremblay. « Il faut le dire, il n'y a pas seulement les personnes retraitées qui s'impliquent bénévolement, les jeunes sont aussi présents dans plusieurs champs d'intérêt », précise celle qui essaie de jumeler les bonnes personnes aux bonnes causes.

« Quand une personne communique avec le centre d'action bénévole, on lui propose un service d'orientation. On veut connaître le profil des gens qu'on rencontre pour leur proposer une implication qui leur ressemble et souvent même profiter de leurs compétences personnelles. On ne "bénévole" pas n'importe comment », image Valérie Tremblay, précisant que les bénévoles oeuvrent généralement auprès de gens vulnérables. 

La directrice rencontre une dizaine de nouveaux bénévoles chaque semaine. « Beaucoup de gens veulent aider, mais ne savent par où passer. J'ai une liste d'attente de trois semaines dans mon agenda pour la rencontre d'orientation de bénévole », indique la directrice.

Se faire dire merci

Gabriel Le Breton, spécialiste en informatique, fait partie de cette armée de bénévoles qui s'impliquent pour faire plaisir aux autres. « Se faire dire merci, c'est plaisant », exprime simplement le jeune homme qui a fait bénévolement tout le site internet de l'organisme, au cours des derniers mois. « On ne m'oblige pas à être bénévole, ce n'est pas une corvée. Quand je vais déneiger la voiture ou dégager la neige dans les escaliers de l'appartement d'une dame âgée, je me sens utile; je le fais avec plaisir. Ça paraît peu de chose, mais ce petit geste lui permet de se rendre sécuritairement à sa voiture et elle peut ainsi aller faire ses courses », témoigne le jeune homme.

On voulait s'impliquer

Un jeune couple, Geneviève Rivard et Vincent Perreault, originaires de Chibougamau, a choisi de s'impliquer chez les Petits frères de Saguenay pour s'intégrer à la collectivité. « On nous a jumelés avec M. René, un homme de 68 ans qui ne parle pas beaucoup, très renfermé et très distant. On voulait ce genre de relation, une personne difficile d'approche qui n'a pas eu une vie facile, afin de lui donner un peu de bonheur », fait valoir Geneviève Rivard, étudiante pour devenir paramédic.

« Ç'a été long avant d'établir un lien de confiance, mais maintenant on le voit sourire. On organise des sorties au hockey des Marquis ou au baseball. Des fois, on va au restaurant, on essaie de ne pas trop chambouler ses habitudes. C'est un homme seul qui n'a pas de conjointe et pas d'enfant. Pour nous, c'est très gratifiant de tisser des liens avec M. René en le visitant une fois par semaine », assure Vincent Perreault, qui travaille comme pompier à Saguenay.

« Nous avons l'intention de continuer notre implication le plus longtemps possible. Les Petits frères ont comme objectif de jumeler des gens à long terme et nous allons respecter nos engagements », indique Geneviève Girard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer