Lui y connaît ça

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean Gagnon, vice-président aux affaires corporatives Québec chez... (Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Jean Gagnon, vice-président aux affaires corporatives Québec chez Brasserie Labatt du Canada est revenu dans sa ville d'origine pour inaugurer le nouveau centre de distribution de la brasserie à Chicoutimi.

Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Il était fier de me dire que plus jeune à Chicoutimi il était camelot du Quotidien, aujourd'hui il est vice-président aux affaires corporatives Québec chez Brasserie Labatt du Canada. Il est revenu dans sa ville vendredi pour l'inauguration du nouveau centre de distribution de la brasserie à Chicoutimi.

David Bilodeau, directeur des ventes, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Côte-Nord et... (Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

David Bilodeau, directeur des ventes, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Côte-Nord et Charlevoix, a demandé au gouverneur des Saguenéens Richard Létourneau d'appuyer sur le bouton de l'emballeuse pour préparer la livraison d'une palette de 108 caisses de 24 Budweiser pour le prochain match des séries au centre Georges-Vézina.

Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Il s'appelle Jean Gagnon, je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander s'il était parent avec Jacques Gagnon Labatt, le représentant de bière 50 de mon époque? «Aucun lien de parenté», me dit-il.

Les gens de Labatt nous ont fait visiter leur nouvel entrepôt bâti sur la rue Néron à Chicoutimi, près de l'autoroute 70. J'ai retrouvé la même odeur de bière cassée sur le béton de l'époque de la Brasserie Labatt sur Saint-Paul quand on allait chercher les deux caisses de 24 commandités pour notre équipe de baseball. Cette même odeur d'entrepôt, un peu moins intense, mais toujours cette odeur de bière qui fait partie de l'histoire de notre région.

Jean Gagnon, après sa carrière de camelot quand même, s'est retrouvé chez Labatt après ses études en marketing aux HEC comme marchandiseur, c'est-à-dire quelqu'un qui fait le tour des détaillants, dépanneurs et épiceries, pour s'assurer que les produits sont bien exposés avec la bonne affiche de prix, à l'endroit prévu.

«Je n'aspirais pas à un poste de marketing à la sortie de l'université. Il était clair pour moi que je devais commencer sur le terrain avec un travail de représentant en vente. Ce travail de marchandiseur chez Labatt était pour moi une façon de passer les vacances d'été avant de plonger dans le monde du travail», raconte le Chicoutimien d'origine.

«Mais en réalité, tout a commencé par ce travail d'été. Après ça, je suis devenu représentant junior, représentant des ventes, gérant de territoire, responsable du centre d'appels, directeur des comptes majeurs comme les marchés d'alimentation comme IGA et Sobey's pour passer ensuite au département de stratégie marketing», détaille Jean Gagnon qui trouve dans le marché de la bière un beau grand terrain de jeux pour les stratégies de marques et de mise en marché.

«Il faut considérer que 88 % de la consommation de la bière au Québec se fait à la maison. Il faut donc imaginer des stratégies de marques en fonction de l'expérience de consommation des gens. On ne prend pas la même sorte de bière l'été au soleil sur le bord de la piscine que l'hiver devant le feu de foyer», dit-il pour faire une image.

 «La lumière de but Budweiser est un bel exemple de marketing d'expérience», dit-il. Le concept a été reconnu partout dans le monde comme idée innovatrice. Le consommateur commande par Internet la lumière de but très semblable à celle derrière le but des gardiens sur les patinoires de la LNH et en inscrivant le nom de son équipe préférée sur une application Internet, la lumière s'allume automatiquement quand un but est marqué. «Ça permet de vivre une belle expérience de consommation, l'ultime expérience de vivre un moment en consommant sa bière», fait valoir le spécialiste en marketing qui estime à plus de 60 000 le nombre de lumières de but Budweiser.

«La Budweiser représente une bière sur trois vendue dans la région, toutes brasseries confondues, ce chiffre est d'environ une sur cinq au Québec. Nous sommes associés avec les Saguenéens dans la région, les amateurs de hockey font partie de notre stratégie marketing et ça se confirme dans la région», dit-il. Je lui ai demandé s'il y aurait moyen de modifier la lumière Budweiser pour la faire allumer pendant les matches des Saguenéens, mais même s'il a trouvé l'idée bonne, il préfère que les gens se rendent au centre Georges-Vézina pour voir les matches en direct. Rien n'empêche que la même promotion avec la Ligue de hockey junior du Québec serait une excellente idée.

Jean Gagnon a fait savoir que Labatt vend 1 600 000 de caisses de bière par année dans la région (4383 caisses de bières par jour), ça commence à faire de la bière. Je lui ai demandé s'il allait y avoir une promotion avec la Labatt 50 pour souligner les 50 ans de Labatt dans la région, il m'a confié que la 50 avait été brassée pour le 50e anniversaire de la brasserie qui existe depuis 170 ans. Bien connu au Québec alors qu'Olivier Guimond était porte-parole avec le fameux «Lui y connaît ça!»  «La 50 est une marque vintage, nous avons réintroduit l'étiquette originale sur les bouteilles et les caisses et les ventes ont triplé», laisse savoir le spécialiste en marketing qui oeuvre dans un domaine qui ne cesse d'évoluer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer