Pee-wee, ça ne s'oublie pas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
On n'oublie pas un but marqué lors du... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

On n'oublie pas un but marqué lors du Tournoi pee-wee de Jonquière.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je ne sais pas pour vous, mais pour plusieurs anciens hockeyeurs, une participation au Tournoi pee-wee de Jonquière, ça ne s'oublie pas. Je suis allé faire un tour au Palais des sports, mercredi après-midi, alors que les Blues de Jonquière affrontaient les Griffons d'Alma. Pariez sur le fait que les jeunes vont se rappeler de ce tournoi toute leur vie.

Élodie Goyette et Amy Villeneuve vendent des objets... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Élodie Goyette et Amy Villeneuve vendent des objets promotionnels au Palais des sports.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

La mascotte Patino de l'entrepôt du hockey fait... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.1

Agrandir

La mascotte Patino de l'entrepôt du hockey fait partie des 20 mascottes qui animent le tournoi pee-wee de Jonquière.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Je me suis revu à 12 ans sur le banc des joueurs en attendant un changement pour aller donner un coup d'épaule au grand joueur de centre. Il y avait du contact à cette époque. Je regardais le match et j'avais pitié pour le petit gardien des Griffons quand le grand capitaine des Blues s'échappait devant lui. Malgré une défaite de 5-2, le petit vlimeux, avec sa mitaine et ses jambières, a réussi à voler plusieurs buts au capitaine qui avait le compas dans l'oeil. Les parents dans les estrades ne devaient plus avoir de sang dans les veines. Je ne connaissais aucun des joueurs et je forçais pour eux.

Mon patron, Denis Bouchard, qui a participé à des compétitions sportives dans plusieurs domaines au cours de sa vie, se rappelle encore très bien le filet désert qu'il a manqué lors d'un match perdu 5-0 face aux Orioles d'Arvida à la fin des années 60. «On jouait contre Peter Lee (1), je pense qu'il a marqué les cinq buts de son équipe», se rappelle-t-il. On n'oublie pas un tournoi de hockey pee-wee, on a 12 ou 13 ans, la banque à souvenirs est comme une éponge.

Les organisateurs du tournoi pee-wee sont conscients de leur impact dans le coeur des jeunes joueurs, alors ils mettent tout en oeuvre pour que les joueurs et les parents fassent un beau tour. La machine de plus de 500 bénévoles est huilée de force de bras et de jus de coeur.

«Les équipes arrivent de l'extérieur et on prend charge de leur équipement, de leur poche de hockey et on les transporte dans les vestiaires au Foyer des loisirs ou au Palais des sports selon l'horaire des matchs. On a aussi un comité qui s'occupe de loger les joueurs dans des familles, lesquelles s'occupent de fournir un lit et un petit déjeuner. C'est un autre comité qui s'occupe du transport», détaille Paco (le policier Pierre-Alexandre Côté), responsable des communications.

Le policier m'a fait faire le tour des comités qui supportent l'activité. J'ai rencontré Lucie Girard, qui s'occupe du registraire. Elle y oeuvre comme bénévole depuis 36 ans. «Ici, on s'assure que les joueurs respectent les normes et les règlements de Hockey Québec et que chaque équipe est bien classée en fonction du départage des victoires, des défaites, du plus grand nombre de buts, etc. C'est ici qu'on s'assure que les chiffres et les noms soient inscrits en bonne et due forme pour chaque équipe», explique celle qui correspond au mot rigueur.

Il y aussi les comités de sécurité, de soins avec les ambulances, le comité des mascottes (on compte 20 personnages en peluche à l'effigie de différents commanditaires) et le comité des objets promotionnels. «L'an dernier, nous avons vendu 8700 suçons et 230 bâtons de hockey. On aimerait bien battre notre record», fait valoir Marie-Pier Fillion, responsable du comité des ventes avec sa soeur Véronique. «Avant, les gens qui voulaient connaître un résultat de match nous téléphonaient et on leur répondait. Maintenant, il y a Facebook et ça prend un comité des réseaux sociaux pour faire le suivi», partage Paco.

Si vous avez déjà participé au Tournoi pee-wee de Jonquière, je vous invite à y retourner faire un tour. Si ça vous tente de faire un voyage dans le temps, vous allez vous revoir, c'est certain. Ça se poursuit jusqu'à dimanche pour les finales, mais d'ici là, il se jouera 88 parties avant les finales. Pour la première fois depuis 53 ans.

(1) Peter Lee, 12e choix de repêchage au total en 1976 par le Canadien de Montréal, a évolué pour les Penguins de Pittsburgh dans la Ligue nationale. À l'âge de 12 ans, durant la saison 1967-1968, il s'alignait comme pee-wee avec les Orioles d'Arvida.Cette année-là, son club a été champion provincial et Lee a décroché le championnat des compteurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer