Du «touski» pour moins jeter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Le temps des Fêtes est terminé. Le congélateur, le garde-manger et... (123rf)

Agrandir

123rf

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Le temps des Fêtes est terminé. Le congélateur, le garde-manger et les frigos sont pleins de victuailles et de restes alimentaires qui ne demandent qu'à être sauvés du bac à vidange ou de la boîte à compost. J'ai fait un peu de ménage après la fête des Rois et j'ai été surpris de la quantité de nourriture que j'ai dû jeter.

Il y a les craquelins périmés qui traînaient dans le fond du garde-manger, des vieux Honeycomb secs, les bouteilles de vinaigre de vin, de vinaigre de riz, d'huile de sésame, d'huile de truffes vieilles de deux ou trois ans, les sacs d'amandes défraîchis et les épices qu'on n'utilise jamais et qu'on a achetées pour faire une recette bizarre pour une soirée thématique. Quand un de nos passe-temps préférés c'est de cuisiner, on accumule forcément des aliments qui finissent dans l'oubli au fond d'une armoire ou dans le fond du congélateur.

Là, je vous parle d'aliments accessoires, parce que gérer l'épicerie et le frigo, c'est toute une planification si on ne veut pas jeter. On fait de gros efforts pour disposer des restes et faire de la cuisine «touski» (faire un repas avec tout ce qui reste), mais il suffit d'un imprévu comme un repas à l'extérieur ou d'oublier son lunch un midi, ou de commander une pizza par paresse un soir pour que «ce qui reste» deviennent moins alléchant deux jours plus tard et que ça prenne le bord des vidanges.

«Il ne faut pas oublier que près de 50% du gaspillage alimentaire se passe à la maison», fait remarquer Édith Ouellet, nutritionniste experte en gaspillage alimentaire qui participe aux ateliers «À vos frigos» des supermarchés IGA à travers le Québec. «Dans nos ateliers, on donne des outils aux consommateurs pour éviter le gaspillage alimentaire. Le congélateur, par exemple, est un outil de prédilection pour ne pas jeter la nourriture, mais les aliments n'auront plus nécessairement les mêmes caractéristiques après la congélation. On peut congeler des poivrons ou un bloc de fromage, mais après la décongélation, on pourra les utiliser pour cuisiner des crèmes ou des sauces, la texture sera différente», fait valoir la nutritionniste précisant que chaque Canadien jette plus de 400$ de nourriture par année.

Je croyais que c'était dans les hôtels, les restaurants et les marchés d'alimentation où il se faisait le plus de gaspillage alimentaire. Je voyais les serveurs revenir aux cuisines avec des assiettes dans les restaurants et les grandes réceptions dans les hôtels. J'avais l'impression que d'énormes quantités de nourriture allaient aux vidanges dans les supermarchés d'alimentation et pourtant, les restaurants gaspillent 9%, les épiceries 10% et 20% pour la transformation.

«Dans nos ateliers, nous tentons de démystifier la fameuse date de péremption, le ''meilleur avant''. Pour plusieurs personnes, si c'est écrit meilleur avant le 10 janvier, le 11 ils vont le jeter parce que la date est périmée. Pourtant, l'aliment est encore très bon, ce sont des indicateurs de fraîcheur en fonction des normes alimentaires, mais ils sont encore très bons pour la consommation», met en relief la nutritionniste.

Il en va de même pour le compost. «Les gens ont l'impression de ne pas jeter la nourriture si elle est déposée dans une boîte de compost. Même si on transforme la nourriture en compost, c'est quand même du gaspillage. Ça rend certaines personnes moins coupables, mais ça demeure que la nourriture n'est pas consommée», indique-t-elle.

«Des paniers d'épicerie trop remplis et des recettes en trop grande quantité font également partie des mauvaises habitudes des consommateurs. Il est important de respecter la liste d'épicerie et de vérifier les aubaines avant de partir au lieu d'improviser sur place», conseille la nutritionniste. C'est sûr que les restants du souper peuvent faire un bon lunch pour le dîner du lendemain, mais quand ça fait trois fois de suite qu'on en mange, ça finit par tomber sur le coeur.

Les ateliers sur le gaspillage seront de passage dans la région bientôt, il faut consulter le site «À vos frigos» pour les détails. En attendant, bonnes recettes «touski».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer