Fais-toi un projet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / S'entraîner, maigrir, arrêter de fumer, moins boire, moins de temps... (123rf)

Agrandir

123rf

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / S'entraîner, maigrir, arrêter de fumer, moins boire, moins de temps sur le cellulaire, moins consommer, travailler plus, travailler moins. Les résolutions du Nouvel An tournent souvent autour de notre petite personne et sont plus souvent dans le paraître que dans le savoir-être. «Être heureux» figure en tête de plusieurs sondages sur Internet comme résolution du Nouvel An, mais rendre les autres heureux n'apparaît pas souvent.

Avant, il y avait la bénédiction paternelle au jour de l'An. Les 50 ans et plus s'en rappellent, on se grenouillait sur le tapis tressé du salon, les petits devants et les plus grands derrière, et dans un geste solennel, le père de famille, debout face à sa progéniture, disait: «Que la bénédiction du ciel descendent sur vos têtes, au nom du père, et du fils et du Saint-Esprit. Amen.» Les paternels un peu plus loquaces en profitaient pour passer des messages en invitant ses ouailles à prendre des résolutions pour la prochaine année. On invitait les enfants à être une meilleure personne et à développer des qualités pour la nouvelle année.

«La bénédiction du jour de l'An revêtait un côté très traditionnel. Les pères demandaient à leurs enfants de prendre des résolutions pour la nouvelle année, ça devenait des obligations. Il y avait aussi l'effet de gang. Tout le monde le fait, fais-le donc et si on ne le fait pas, on développe de la culpabilité», explique le psychologue Louis Legault.

«La fin d'année, c'est une étape. On ressent le besoin de faire le point, on termine quelque chose dans le calendrier, on ouvre un nouvel agenda et on ferme celui qu'on a. Des résolutions, c'est comme des promesses qu'on ne tient pas. Je dis souvent que la vie, c'est un projet, et qu'on devrait élaborer des projets pour la nouvelle année au lieu de se contraindre à prendre des résolutions», dit-il.

«Au jour de l'An, je me demande c'est quoi mon projet ou mes projets pour la prochaine année? Une promesse, on n'est pas obligé de la tenir, alors que le projet nous trotte dans la tête toute l'année», fait valoir le psychologue. C'est en effet beaucoup plus agréable d'avoir le projet de partir en voyage, de faire le tour du lac à vélo, de marcher un sentier dans le Parc national du Saguenay, d'aller à la pêche,de faire une randonnée en raquette ou de fabriquer du pain que de prendre la résolution de perdre 10 livres.

Comme bien du monde, j'ai le projet d'être de faire davatange d'activité physique, parce que 2016 a été une année d'abstinence de vélo, de course, de marche, de randonnée en forêt. On dirait que j'ai pris une sabbatique de l'activité physique. À bien y penser, j'aurais dû prendre la résolution de ne rien faire en 2016, j'aurais au moins eu le mérite d'avoir tenu ma résolution. Ce ne sont que de bonnes intentions et je devrais avoir oublié tout ça avant la fin de janvier.

J'ai demandé à Louis Legault ce qu'il nous souhaite, comme collectivité, pour la prochaine année. Je pensais bien qu'il allait dire la santé, car c'est tout ce qui compte, mais non. «Je nous souhaite des projets sur le plan économique, ça nous prend des jobs et des jobs, on le voit, on le sent, on l'entend dans tous les milieux, ça tourne au ralenti dans la région, les commerçants et le milieu des affaires s'en ressentent. Je nous souhaite ça en 2017», a-t-il dit.

Pour qu'un psychologue souhaite de la prospérité avant la santé, le bonheur et du succès dans vos études, ça témoigne d'une certaine morosité économique.

Bien d'accord avec le psy, je nous souhaite de l'emploi en 2017. Peut-être que les départs à la retraite seront plus nombreux, peut-être que les différents travaux d'infrastructures vont remettre du monde à l'ouvrage, peut-être que l'industrie forestière va redémarrer, peut-être que la demande en aluminium va augmenter, peut-être que de grands projets hydroélectriques vont émerger, peut-être que l'État comblera les départs à la retraite par de nouveaux emplois, peut-être... Enfin, on se souhaite une prospère 2017... Avec de la santé... Et du bonheur!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer