Où va le lave-vitre?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dans les cours de conduite, on n'apprend pas... (123RF)

Agrandir

Dans les cours de conduite, on n'apprend pas aux jeunes où se trouve le reservoir de lave-vitre ou celui pour l'huile à moteur.

123RF

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Lors d'une rencontre de famille cette semaine, les jeunes jasaient de leur cours de conduite, la plus jeune du groupe venait de réussir son examen pratique et là j'ai bien ri, moi qui a reçu son permis de conduire quand j'avais 18 ans avec un professeur qu'on appelait Toto et qui m'a fait virer trois aux quatre coins de rue pour réussir mon examen pratique sans avoir suivi de cours de conduite au préalable.

Les jeunes se sont payé la tête de cours de conduite à grand éclat de rire. «On nous montre comment boucler une ceinture de sécurité, ça on l'apprend beaucoup, tout comme les manoeuvres aux quatre stops, mais après nos cours on ne sait même pas comment faire le plein d'essence. On ne sait même pas comment remplir le réservoir de lave-vitre, on ne sait même pas comment changer une crevaison. Je ne sais même pas où est le pneu de secours et je ne sais même pas comment ça fonctionne», raconte une de mes nièces avec l'approbation des autres.

C'est le papa qui a ouvert le capot de la voiture pour expliquer à sa fille que ça c'est le moteur, ça c'est le réservoir de lave-vitre, ça c'est pour l'huile à moteur, ça c'est la batterie. On ne leur montre pas non plus comment procéder à un survoltage si la voiture ne démarre pas l'hiver. Je veux bien comprendre qu'un cours de conduite n'est pas un cours de mécanique, mais un moment donné, il faut en faire un peu plus que juste apprendre à rouler sur les rues et comment faire un arrêt.

On me dit que ce ne sont pas toutes les écoles de conduite qui négligent d'aborder les problèmes mécaniques, mais je considère que changer une crevaison, sur le bord de la route, remplir le lave-glace et faire le plein d'essence devraient faire partie des cours de conduite. Tiens, on pourrait remplacer la journée avec les parents par un cours de mécanique 101. Les pneus de secours sont tous différents et ne sont pas tous au même endroit selon les véhicules. Ça vaudrait vraiment la peine de s'y attarder.

Queen Mary 2 Québec-Saguenay

À la suite du passage du Queen Mary 2 à La Baie jeudi dernier je me suis dit qu'une croisière Québec-Saguenay trouverait sûrement preneur l'an prochain. Je suis certains que plusieurs personnes aimeraient s'offrir une nuit à bord du Géant des mers l'espace de 24h, juste pour vivre l'expérience. Si ça coûte 2500$ pour une croisière de sept jours Québec-Saguenay-Gaspé-Halifax-New York, on devrait être capable d'organiser une croisière Québec-Saguenay pour moins de 500$. À ce prix, je suis certain qu'il y aurait plusieurs clients. Les gens de Promotion Saguenay devraient se pencher sur un projet du genre, ça pourrait plaire aux différents promoteurs.

Pas de répit pour Haïti

Pensez-vous qu'Haïti pourrait devenir la première île désertée en raison des changements climatiques? J'ai l'impression que depuis les dix dernières années, les habitants de ce coin de pays subissent les foudres de dame Nature sans répit d'année en année. Tremblements de terre, ouragans, cyclones, on dirait que l'enfer a décidé d'installer ses pénates dans cette zone des Caraïbes.

Des dizaines de milliers de morts, des villes effondrées, des inondations, ça n'arrête pas, devront-ils un jour renoncer à vivre dans ce lieu que la nature a choisi pour se déchaîner? Selon l'Unicef, Haïti a le plus fort indice de risque de catastrophes naturelles au monde. La déforestation a atteint près de 98% du territoire et une érosion importante des sols s'en est suivi. En 2008, les catastrophes naturelles en saison cyclonique ont causé des dommages évalués à près d'un milliard de dollars US, ce qui équivaut à 15% du PIB, toujours selon l'Unicef.

Un moment donné, la population d'Haïti ne pourra plus vivre à cet endroit. Il y a des limites à se faire frapper par les catastrophes. Je crois bien qu'on n'a pas fini de voir des populations victimes des catastrophes naturelles. Quand ça fait dix fois que ta maison se fait détruire, il me semble que je voudrais changer de pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer