Arvida: après l'UNESCO, la Tabasco

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Dubé, l'homme qui mange le plus épicé... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Claude Dubé, l'homme qui mange le plus épicé au Québec, a été surpris par un piment du Domaine Britannia Mills, vendredi, à Saguenay en feu. Il n'a fait qu'une bouchée d'un piment Douglas T X. Le piment a tiré des larmes au coin des yeux du goûteur. Sueur au front, M. Dubé a estimé que ce piment devait frôler les 1,5 M sur l'échelle de Scoville. «C'est l'un des plus forts que j'ai goûtés!» a-t-il confié. La sauce Tabasco, à titre indicatif, oscille entre 2500 et 5000 unités.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je me suis retrouvé dans un univers complètement inconnu en fin de semaine au Carré Davis d'Arvida à l'occasion du festival Saguenay en feu, le premier événement du genre au Québec qui rassemble les amateurs de piquant, les «chiliheads». Pour moi, trois gouttes de Tabasco dans un Bloody Mary et deux gouttes de sauce Worcestershire suffisent à embraser ma bouche. Là, j'ai rencontré des gens qui trempent leurs ailes de poulet dans un bol de Tabasco avant de les manger et qui tapissent leur hamburger de sauce ultra piquante avant de le déguster et ils trouvent le moyen de déguster des saveurs dans ces sauces brûlantes.

Le fondateur du Domaine Britannia Mills, David Croteau,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Le fondateur du Domaine Britannia Mills, David Croteau, ici accompagné de son fils Martin-Alexandre, était bien fier d'avoir mis à l'épreuve les papilles gustatives de Claude Dubé. L'entrepreneur de Saint-Dominique, près de Saint-Hyacinthe, cultive lui-même ses piments, fait ses croisements et assure leur transformation (sauces et piments séchés).

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

J'ai fait la connaissance de Claude Dubé, l'homme qui mange le plus épicé au Québec. Il me parle de sa passion avec un vocabulaire qui m'est complètement inconnu. «La brûlure dans la bouche est une illusion, je goûte à tous les ingrédients dans une sauce piquante. Je mange piquant tous les jours, je mets de la sauce piquante dans tous mes plats, sauf dans mes céréales», me dit-il.

Il m'explique que le piquant est évalué sur l'échelle de Scoville (un peu comme l'échelle Richter pour les tremblements de terre) qui mesure la teneur en capsaïcine, la molécule responsable de la force du piment. L'échelle Scoville varie de zéro unité (poivron vert par exemple) à 15 milliards d'unités (Résinifératoxine). Le paprika oscille entre 100 et 500 unités, la sauce Tabasco originale rouge entre 2500 et 5000, le piment de Cayenne entre 30 000 et 50 000 unités Scoville et le piment habanero quant à lui affiche un score de 557 000.

Claude Dubé nous a fait goûter une sauce, la Hellfire, faite à base du piment Carolina Reaper, le piment le plus fort au monde. Ce piment cartonne entre 1 569 300 et 2 200 000 sur l'échelle de Scoville (après ça on tombe dans le poivre de cayenne qu'on utilise en autodéfense). Au premier essai, j'ai trempé un petit bout minuscule d'une croustille dans la sauce, juste pour voir si je pouvais endurer ça. Je ne suis pas mort et j'ai essayé de nouveau avec une goutte grosse comme le bout de mon petit doigt. C'était très piquant, mais pas super agressant. J'ai commencé à avoir une moustache de sueur et à avoir le front mouillé. Tout l'intérieur de ma bouche était comme sous une anesthésie locale, mais j'aimais la sensation. Il y a comme un genre d'euphorie qui s'empare de nous quand on joue dans l'extrêmement piquant. J'ai fait un beau tour comme on dit.

Claude Dubé est capable de goûter à des essences qui dépassent 15 millions sur l'échelle de Scoville. Il a participé à sept compétitions de sauces piquantes et il les a toutes remportées. «On pense que les Mexicains mangent épicé, mais il faut considérer qu'en Asie les épices font partie de leurs habitudes alimentaires depuis plus de 6000 ans», dit-il faisant référence à la route des épices qui a fait voyager les piments beaucoup plus tard en Europe.

Lors du lancement de l'activité jeudi soir dernier au Rouge Burger bar de l'Hôtel Chicoutimi, je me suis retrouvé avec Pierre Bouchard du Marché centre-ville à Chicoutimi, Jean-Sébastien Gauthier, président des sauces piquantes Damn faites à Chicoutimi, et Bob le chef qui est porte-parole du festival Saguenay en feu. Tous sont d'accord pour dire que la popularité du piquant ne fera qu'augmenter avec les années.

L'homme qui mange le plus épicé au Québec, Claude Dubé, a une collection personnelle de sauces piquantes de plus de 150 bouteilles. «Claude Dubé consomme à lui seul dans une année ce que je vends dans mon magasin à toute ma clientèle», me dit en riant Pierre Bouchard. Le Marché centre-ville compte maintenant plus de 500 sortes de sauce piquante sur ses tablettes.

Je crois que je vais essayer de manger un peu plus épicé, le festival d'Arvida m'a mis en contact avec un nouvel univers de goût, je pense qu'on va s'en reparler.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer