Très jeune dans la sauce piquante

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Dickey agit à titre de juge du... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Marc Dickey agit à titre de juge du concours de sauces piquantes organisé dans le cadre de Saguenay en feu.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / «Quand j'étais jeune, vers cinq ou six ans, mon père avait saupoudré des piments de cayenne sur mon spaghetti sans me le dire pour voir ma réaction et j'ai mangé tout mon plat sans réaction et je trouvais ça bon. Mon père a été bien surpris de voir que je pouvais manger épicé. Ce goût a toujours été là. À 12 ans, je roulais mes ailes de poulet dans de la sauce Tabasco et plus tard, je commandais des sauces piquantes par Internet ou j'en achetais lors de mes voyages aux États-Unis dans des magasins spécialisés. Aujourd'hui, je dois bien avoir pas moins de 75 bouteilles de sauces piquantes dans le frigo de mon sous-sol.»

Celui qui me raconte ces anecdotes, c'est Mark Dickey, le chroniqueur sportif de KYK Radio X qui est, pourrait-on dire, tombé dans la sauce piquante quand il était petit. Les deux jeunes femmes qui organisent l'événement Saguenay en feu, vendredi et samedi au Carré Davis à Arvida, Vanessa Gaudreault-Frias et Arianne Gagnon-Simard, ont demandé à Dickey d'être juge pour le concours de sauce piquante organisé dans le cadre de cet événement.

«J'ai accepté l'invitation avec plaisir. J'aurais pensé qu'un tel événement aurait lieu à Montréal et je me serais déplacé pour y aller et là, ça se passe dans ma cour, à Arvida. Je suis très fier de ça», a commenté celui qui a contribué ces dernières années à faire connaître les sauces épicées dans la région.

Mark Dickey se dit content que cet événement se déroule dans la région, car enfin il ne sera plus un des rares à s'intéresser à ce goût pour le piquant. «Un moment donné, mon sous-sol était devenu une attraction pour mes amis. Je leur faisais goûter à ça comme un genre de défi entre gars. Je passais pour un bizarre parce que j'aimais le piquant. J'ai une bouteille ''The Source'', 7,1 millions sur l'échelle de Scoville, l'échelle de mesure de la force des piments. Elle vaut 110$. On ne fait pas de joke avec ça, mais mes amis ont tous passé par là, c'est une expérience assez intense», me dit-il.

«Ici, dans la région, nous avons d'excellents fabricants de sauces piquantes, comme les sauces Damn, et le Marché centre-ville possède un bel inventaire. Je n'ai plus besoin de commander sur Internet pour trouver ce que je veux», fait-il savoir.

Bob le chef, porte-parole de l'événement, me disait que la sauce piquante est à la gastronomie ce que les microbrasseries sont à la bière. C'est un petit phénomène en marge qui va prendre de plus en plus d'ampleur avec les années. «L'intérêt pour le piquant est plutôt masculin», me balance Dickey. Et c'est vrai que c'est une affaire de gars, la Capsaïcine, un composant actif du piment qui produit une sensation de brûlure, mais pas d'augmentation de température dans la bouche. Elle a aussi la propriété de nous faire sécréter de l'endorphine, ce qui procure une sensation de plaisir ou une euphorie.

Les sportifs parlent d'état de grâce, de flottement dans l'irréel d'extase au sujet de l'endorphine.

Mark Dickey dit s'être senti euphorique après avoir mangé un piment Habanero (100 000 à 325 000 sur l'échelle de Scoville). Je peux confirmer, j'ai senti la même sensation après avoir avalé une goutte de sauce Hell Fire faite à base de piment Carolina Reaper, le piment plus fort au monde.

Le prochain dada de Mark Dickey sera de concocter sa propre sauce piquante. «J'ai acheté des plants de piments aux Jardins de Sophie de Saint-Fulgence et quand je vais récolter, je vais essayer de faire ma propre sauce piquante. À long terme, j'aimerais avoir une serre à l'extérieur, mais ça, c'est une autre histoire», confie le juge de Saguenay en feu qui avoue avoir été surpris par la qualité des sauces qui seront au concours.

«J'ai déjà goûté à quatre sur les dix qui seront au concours. Je ne les ai pas notées encore, mais le goût était excellent», assure l'ambassadeur d'Arvida.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer