Prêts pour la Trudeaumanie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le premier ministre Justin Trudeau passera quelques jours... (Archives PC)

Agrandir

Le premier ministre Justin Trudeau passera quelques jours dans la région cette semaine.

Archives PC

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Les libéraux fédéraux débarquent à Chicoutimi cette semaine pour la tenue de leur caucus national alors que la popularité de leur chef Justin Trudeau n'a pas perdu d'éclat depuis son élection le 19 octobre 2015.

En 2002, le député libéral André Harvey avait... (Archives Le Quotidien) - image 1.0

Agrandir

En 2002, le député libéral André Harvey avait reçu ses collègues à Chicoutimi pour la tenue de leur caucus.

Archives Le Quotidien

La Trudeaumanie se répandra à Saguenay au rythme des «selfies» et à la vitesse des réseaux sociaux, mais le jeune chef ne sera pas seul. À sa suite environ 180 députés, souvent accompagnés de leur conjoint et de leur famille en plus du personnel politique qui se joint généralement aux élus, ça va faire du monde à la maison.

En 2002, c'est le député de Chicoutimi-Le Fjord de l'époque, André Harvey, qui avait fait la demande auprès des instances du parti pour organiser l'événement dans la région.

«En 2000, j'étais whip en chef du Parti progressiste-conservateur du Canada depuis 1997. À cette époque, Martin Cauchon, votre patron au journal, était secrétaire d'État et l'homme de Jean Chrétien pour le Québec. Martin Cauchon est venu me voir avec un sondage entre les mains qui disait clairement que si je me présentais sous la bannière du Parti libéral, je serais élu. Ça demande réflexion», raconte André Harvey que j'ai joint à son domicile à Québec.

«J'ai alors rencontré le premier ministre Jean Chrétien et il m'a demandé ce que je voulais pour changer de parti. J'ai dit: ''Je ne veux rien pour moi, mais ma région a besoin de la route 175 à quatre voies divisées et je travaille avec Martin Cauchon depuis 1997 pour que le Centre de recherches et des technologies de l'aluminium s'installe à Chicoutimi''», explique André Harvey, rappelant que le seul témoin de cette rencontre est le député de l'époque Martin Cauchon.

Finalement, Jean Chrétien lui a dit: «Je n'ai pas de problème avec tes demandes, il ne te reste qu'à te faire élire dans le comté». «J'ai eu une majorité de 5000 votes», se rappelle André Harvey.

Ce n'est qu'en 2002, quand le député de Glengarry-Prescott-Russell en Ontario, Don Boudria (vous vous souvenez de lui, il avait une face de rat, il était membre du «rat pack» avec Sheila Copps et il menait la vie dure à Brian Mulroney), a demandé à André Harvey de survoler le fjord en hélicoptère que l'idée du caucus libéral fédéral au Saguenay est née. «Il m'a dit: ''Fais ta demande, je vais la faire cheminer et ça devrait marcher''», se rappelle André Harvey.

«Pour moi, c'était l'occasion idéale pour annoncer le projet de la 175 sans avoir besoin d'organiser une conférence de presse fédérale-provinciale. Un caucus national, c'est une occasion extraordinaire pour faire connaître son coin de pays à des représentants de partout au Canada. Les médias nationaux seront ici, les équipes des différents ministères vont se réunir pour planifier des décisions, c'est majeur comme événement», assure le père de la 175.

Saguenay sera sous les feux de la rampe dans les prochains jours

Le beau, jeune, dynamique et sympathique Justin Trudeau nous fera honneur de sa présence comme l'a fait son père dans les années 1970 alors qu'il était invité d'honneur du Carnaval-Souvenir de Chicoutimi et à l'occasion d'une visite à la Traversée du lac.

Une annonce?

On peut espérer une annonce importante cette semaine. Honnêtement, ça prendrait des emplois durables comme l'ajout de fonctionnaires fédéraux, un bataillon de 450 militaires à Bagotville ou un centre de recherche sur les technologies de l'électricité. Ce serait bien sympathique d'annoncer que le fjord et Arvida seront sur la liste du gouvernement du Canada comme site proposé pour faire partie du patrimoine mondial de l'UNESO, mais ça ne crée pas beaucoup d'emplois.

Il y a toujours des investissements dans les programmes d'infrastructure qui génèrent de l'activité économique. Ça ne ferait pas de tort avec l'état de nos chaussées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer