Feu de patio pour pays nordique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Il y a quelques années, quand je voyais les restaurateurs installer... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Il y a quelques années, quand je voyais les restaurateurs installer des systèmes de chauffage sur leur terrasse je trouvais l'idée géniale pour prolonger la saison et permettre aux clients de manger à l'extérieur un peu plus tard en soirée. Comme nous vivons dans un pays nordique, pour ne pas utiliser d'autres mots poubelles, il nous faut donc chauffer nos terrasses, même en été.

Vous avez beau virer ça du bord que vous voulez, les fois qu'on peut manger dehors sur notre beau grand territoire sont assez rares. Quand ce ne sont pas les moustiques qui nous écoeurent, c'est la fraîcheur qui nous glace le dos. Dès que le soleil disparaît, ça prend une petite laine si on veut continuer et prendre le digestif sur le patio.

Je ne pensais pas arriver là un jour, mais on vient de s'acheter un petit feu de patio, une espèce de feu de foyer extérieur qui fonctionne au propane. Je ne croyais guère en l'efficacité de ces petites flammes décoratives et honnêtement je trouvais ça un peu poche de se faire un feu au propane.

Des amis m'avaient fait découvrir les avantages de prendre un verre de vin autour de ces flammes en fin de soirée, mais je croyais que c'était bon pour les autres, pas pour moi. Bien cette semaine, par une belle soirée chaude où la fraîcheur arrive vers 20 h, un ami nous rend une visite à l'improviste et au moment où je place une petite laine sur les épaules de sa blonde, il me dit qu'il vient de s'acheter un petit foyer extérieur et que l'appareil est dans sa boîte dans l'auto.

Il va le chercher et on l'installe en deux minutes, branché sur la bonbonne de propane du barbecue, pour faire jaillir la flamme. Nous avons veillé jusqu'à 23h à l'extérieur, juste avant que les éclairs et le tonnerre nous tombent sur la tête. Sans cette flamme, nous aurions dû rentrer dans la chaleur écrasante de la maison.

Voilà je suis un converti de ces petits foyers extérieurs. C'est moins compliqué qu'un feu de bois qui empeste le voisinage avec sa boucane. On peut même régler la température et l'intensité des flammes. On s'équipe à la maison comme sur les terrasses de restaurant. Je suis peut-être devenu douillet, mais c'est une affaire dont on ne pourra plus se passer. Je n'aurais jamais cru qu'un jour je devrais chauffer ma terrasse... C'est ça une région nordique...

Et les moustiques!

Je ne pensais pas non plus venir à bout des moustiques qui nous embêtent autrement qu'avec un gallon de Muskol qui fait fondre le caoutchouc et du Off! Régions sauvages qui brûle les yeux. J'ai compris depuis longtemps que les chandelles à la citronnelle ne sont d'aucune efficacité sauf cinq centimètres autour de la flamme.

Trop souvent nous avons renoncé à manger à l'extérieur à cause des maringouins qui nous piquent les chevilles sous la table ou qui nous embêtent tout le tour de la tête. On commençait à s'installer, mais on finissait par dire, non, il y a trop de mouches, on rentre à l'intérieur.

Mais récemment j'ai essayé l'appareil chasse-moustiques Thermacell, une espèce de bidule avec une cartouche de gaz butane qui brûle une plaquette de produit dont les gaz éloignent les moustiques pour un espace de 4m par 4m. Bien, cercueil, ça marche, quand il n'y a pas de vent. On place le bidule au sol et on peut manger en paix. Je l'ai essayé à deux reprises avec beaucoup de succès.

Je ne peux pas l'utiliser quand ma blonde est là, car elle soutient que les émanations sont cancérigènes et elle ne veut rien savoir de ça. Elle accepte de le tolérer à l'occasion à l'extérieur quand les mouches sont insoutenables. Je suis allé à la pêche récemment, on l'a installé sur la galerie du chalet et on a pu prendre le digestif sous les étoiles sans se faire piquer.

Le mode d'utilisation recommande qu'on le place à plat sur le sol, on ne peut donc pas l'accrocher sur nous avec un mousqueton quand on se déplace, mais c'est l'idéal quand on mange à l'extérieur ou autour du feu le soir. Ça fait des années qu'on tente d'éloigner les mouches avec des serpentins qui boucanent et des machines électriques qui électrifient les mouches sans succès.

Les possibilités de se faire un feu sur le patio en ville sans se faire manger par les mouches commencent à faire partie de la réalité, vive les temps modernes. Mon père aurait sûrement apprécié à l'époque où il était bûcheron et qu'il coupait les arbres au godendard pendant que les mouches le dévoraient.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer