J'ai marqué Zone Talbot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Tout d'un coup, bedang! Je m'enfarge les pieds,... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Tout d'un coup, bedang! Je m'enfarge les pieds, pif, paf, pouf, le calepin revole dans les airs et je me protège avec mes deux mains. Splash! dans le ciment encore frais, la face dans les fils de métal qui reliaient les structures.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Le Regroupement des commerçants du boulevard Talbot inaugurait, mercredi, à l'occasion d'un 5 à 7 à l'usine et boutique de la Voix maltée, le début des travaux d'amélioration de la Zone Talbot avec la construction d'un trottoir de trois mètres de large de la rue des Saguenéens jusqu'à la rue des Laurentides au feu de circulation de Luminaire Expert et de la Caisse Desjardins.

Je me dis «tiens, je vais marcher sur ce nouveau trottoir pour constater l'amélioration». Je stationne la voiture en face de Jean Coutu et Gagnon Frères, à l'angle Talbot et des Saguenéens, et je marche en direction de la rue des Laurentides. C'était une première quand même de marcher tranquillement sur le boulevard en longeant les stationnements des commerces environnants.

Calepin en main, je note les places d'affaires. Je longe la pharmacie Jean Coutu, croise le Tim Hortons, Bureau en gros, le marché d'alimentation Métro (où il y a déjà un bel îlot de verdure), Bain Dépôt, Terre animale, Bois franc du lac, Mode Choc, Luminaire Expert et la Voix maltée.

Je regarde de l'autre côté de la rue et je décline la Boucherie Claude Fortier, Dollarama, Chlorophylle, Québec Resto, Place du Matelas, Aspirateur Dépôt, le Marché du Store, Moores, la Cage aux sports, Cora, Thaï Express, Sushi Shop, une banque, Confort Inn; bon an mal an, ce trottoir d'environ 500 mètres va donner accès à près de 30 commerces. On aurait dû y penser avant.

C'est peu de choses, 500 mètres de trottoir, mais tout d'un coup, on peut découvrir à pied un secteur de la ville qu'on ne voyait auparavant que par l'intérieur de la voiture. J'imagine les visiteurs à l'hôtel La Saguenéenne ou ceux du Confort Inn qui pourront sortir de leur hôtel pour une balade en soirée sans prendre leur voiture. Je vous le dis, c'est plein de vie déjà et ils n'ont pas encore commencé l'aménagement paysager.

Daniel Bédard, de McDonald's, assistait au 5 à 7 et il me faisait remarquer que plus de 39 000 véhicules circulent par jour sur le boulevard comparativement à presque zéro piéton. Ce bout de trottoir va tout changer, les citoyens vont se l'approprier, c'est sûr.

Le maire Jean Tremblay s'est même déplacé pour l'occasion, au grand plaisir du propriétaire de la Voix maltée qui a inauguré quatre commerces dans la ville sans la présence du premier magistrat. «Nous avons mis beaucoup d'argent dans les centres-villes depuis que je suis maire, mais c'est ici que ça se passe. Talbot, c'est le coeur du commerce au Saguenay-Lac-Saint-Jean», a déclaré le maire qui en a profité pour demander aux commerces de continuer à faire des efforts pour embellir leur stationnement, notamment ceux des centres commerciaux.

En marchant sur ce nouveau trottoir, assez large aussi pour être utilisé comme une piste cyclable, on dirait que Zone Talbot veut se donner des aires de centre-ville. Mais 500 mètres, c'est tout ce qui sera construit cet été, pour le reste, c'est-à-dire jusqu'au boulevard Barrette et de l'autre côté de la rue, il faudra attendre deux ans. Ça va faire un grand bien au secteur.

Beding, bedang

Je marchais et je trouvais ça beau, même si je longeais un boulevard à trois voies. Pendant que je marchais, je prenais des notes en regardant le paysage et les enseignes publicitaires tout autour. Tout d'un coup, bedang! Je m'enfarge les pieds, pif, paf, pouf, le calepin revole dans les airs et je me protège avec mes deux mains. Splash! dans le ciment encore frais, la face dans les fils de métal qui reliaient les structures. J'ai pris une tab... de plonge. Juste avant d'arriver à la Voix maltée, les travaux n'étaient pas terminés et il n'y avait aucun signe pour l'indiquer.

Mes deux mains sont restées étampées dans le trottoir en face de Pneus mécaniques Talbot. Quand vous verrez les traces, vous penserez à moi, mes empreintes témoignent de la plus belle débarque de l'année comme les traces des vedettes à Hollywood.

Il y a des gens qui m'ont vu plonger, quelques automobilistes certainement, j'espère que vous avez ri, enfin quelqu'un a pris la peine de téléphoner à l'entrepreneur qui a dépêché quelqu'un pour installer des bannières de sécurité. «On avait oublié de sécuriser», de dire le monsieur en vêtement de travail quand le photographe Michel Tremblay a voulu immortaliser sur image les traces de ma débarque. «Il y a un clown qui laissé ses traces de main dans le ciment», nous dit-il en partant...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer