Avec les yeux du coeur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / «Bonjour, je m'appelle Danny, je suis de New York et je suis... (Photo 123rf)

Agrandir

Photo 123rf

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / «Bonjour, je m'appelle Danny, je suis de New York et je suis aveugle de naissance; c'est pourquoi on m'a choisi pour montrer au monde entier à quoi ressemble l'été au Québec». C'est sur cette phrase que commence la dernière vidéo publicitaire que Tourisme Québec a mise en ligne récemment et qui est devenue virale sur les réseaux sociaux depuis une semaine.

Le documentaire publicitaire de 3 minutes 40 secondes est d'une douceur qui fait vibrer les cordes sensibles des Québécois, dépêchez-vous de le regarder. Avec un rythme rapide, les images nous amènent d'une région à l'autre (le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne fait pas partie des images malheureusement, sauf peut-être un petit clin d'oeil au fjord) à travers des émotions et des ambiances qui nous touchent.

Le sympathique touriste new-yorkais, non voyant, a été sélectionné par l'équipe de Philippe Comeau, concepteur principal de ce projet pour la firme publicitaire lg2 afin de lui faire vivre une aventure touristique au Québec avec tous ses sens, sans jamais rien voir, mais en ressentant tout.

Le périple de Danny Kean commence à bord d'une embarcation de rafting qui se renverse dans une rivière, il roule en véhicule les fenêtres ouvertes sur les routes panoramiques, il mange des guimauves autour d'un feu de camp, il s'envole en montgolfière, il marche dans le Vieux-Québec et joue de la musique avec un musicien de rue, il s'élance sur des Tyroliennes, assiste à des spectacles en plein air, pratique la pêche à bord d'un bateau, pagaie en kayak au milieu des baleines, assiste à un concert de l'Orchestre symphonique de Montréal dirigé par Ken Nagano, s'éclate dans des manèges à La Ronde, visite une fromagerie, touche à des sculptures, il fait voler un cerf-volant sur une plage, conduit un hélicoptère, prends des egoportraits (ce qui est assez rigolo pour un non-voyant) et déguste les mets du terroir dans les restaurants.

Il goûte, il entend, il respire le grand air, il touche, ressent, rit, s'amuse et s'asperge d'émotions fortes. Il nous parle avec ce magnifique accent d'un Américain qui casse son français, il sourit tout au long de la vidéo. Ça donne vraiment le goût de vivre le Québec.

Ça peut sembler une idée farfelue d'utiliser un aveugle pour nous faire voir du pays, mais dans ce cas, l'audace a atteint son but. «Nous avons tourné une quarantaine de plans en 13 jours de tournage dans neuf régions du Québec. On allumait des lampions le soir pour avoir de la belle météo. Ce fut une véritable course autour du Québec. Nous avons tourné ces images avec une équipe de neuf personnes dans un camion avec nos drones, ce fut un vrai feu roulant. Il faut voir cette pub comme un documentaire», explique Philippe Comeau.

Les concepteurs ont ajouté toutes les nuances possibles en postproduction pour faire vivre les choses. «Lors d'une rencontre avec une baleine, Danny pouvait me décrire sa taille juste par la nature du son qu'il entendait. C'est un musicien, il est très sensible à la musique», ajoute le réalisateur.

La vidéo s'avère une expérience des sens. «C'est un ''blind love'' et le film fait parler de lui. C'est un format audacieux, plus de trois minutes, mais je n'aurais pas imaginé que l'implication émotionnelle des gens serait si élevée. Nous avons des témoignages incroyables, les gens sont bouleversés, les gens pleurent, ils disent que c'est splendide, magnifique, jamais vu, sans précédent, tous les superlatifs sont de mise dans ce film-là», commente le producteur dont le travail sera sûrement primé dans les concours de productions publicitaires.

La petite vidéo de 30 secondes sur le bureau du cinéma à Saguenay réalisé dans le cadre du Festival Regard sur le court métrage récemment s'inscrit dans ce genre d'expérience de course en région. C'est pas mal plus invitant que la vidéo réalisée par Promotion Saguenay il y a deux ou trois ans avec trois filles et trois gars aux dents blanches qui était plutôt inodore, incolore et sans saveur.

C'est vers la fin de la vidéo provinciale que le beau Danny nous fait flancher. «Tu sais, il y a une raison pourquoi les gens ferment les yeux quand ils s'embrassent, quand ils pleurent et quand ils prient; c'est parce que dans la vie, l'essentiel doit être ressenti avec le coeur». C'est là qu'on pleure pendant que les braises du feu de camp se reflètent dans ses yeux aveugles. De toute beauté.

La campagne vient aussi avec un site (Un voyage jamais vu, www.quebecoriginal.com/fr/un-voyage-jamais-vu), qui propose une expérience interactive.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer