L'intelligence artificielle avant l'intelligence humaine?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Martin était de retour au Palais de... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Yves Martin était de retour au Palais de justice de Chicoutimi, mardi, pour son enquête sur remise en liberté.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Mardi, au Palais de justice de Chicoutimi, dans le cadre de l'enquête sur remise en liberté d'Yves Martin, un récidiviste accusé de conduite avec les facultés affaiblies, de conduite dangereuse et de négligence ayant causé la mort, l'avocat criminaliste Jean-Marc Fradette a sorti un lapin de son chapeau. Il a proposé que l'accusé porte un bracelet GPS détectant la présence d'alcool s'il est libéré pendant les procédures judiciaires. Le juge doit rendre sa décision jeudi.

C'est la première fois que j'entends parler de cette technologie au Québec. Les médias européens traitent de ce «bracelet sobriété» qui est utilisé aux États-Unis et à l'essai à Londres depuis plusieurs mois. Le gouvernement britannique prévoit sauver plus de 16 milliards d'euros par année sur le coût des crimes liés à l'alcool dans son pays grâce à ce genre de technologie. Ce n'est pas rien.

Ce type de bracelet est porté autour de la cheville. Il prend des mesures régulières pour vérifier les signes d'alcool dans la sueur et transmet les données par modem à la compagnie qui loue les bracelets. Cette dernière avise la police quand l'individu consomme de l'alcool. Sur le site de CSRAM System, qui distribue ce bracelet, on indique que l'appareil résistant à l'eau est inviolable et fait partie d'une famille d'outils d'application de la loi. Ils sont conçus pour permettre aux gens de retourner dans leur communauté avec surveillance tant qu'ils maintiennent les conditions des accords en liberté sous caution, probation et de libération conditionnelle.

J'ai couvert à quelques occasions le palais de justice dans le cadre de mon travail et j'ai constaté que la majorité des crimes de violence conjugale, de violence tout court ou de vol étaient en grande majorité liés à la consommation d'alcool. L'alcool au volant représente d'ailleurs une des principales causes d'accidents au Québec, selon la SAAQ.

L'avocat Jean-Marc Fradette a l'intention de pousser très loin dans la défense de son client l'utilisation d'un tel bracelet. Au lieu de garder en prison un accusé, ce qui représente des sommes importantes dans l'administration de la justice (le chiffre de 180$ par jour est le plus souvent cité au Québec), l'individu peut retourner en communauté. Ce bracelet a un effet dissuasif. L'accusé sait qu'il va se faire prendre s'il consomme de l'alcool. Ça devient un incitatif très important pour qu'il respecte l'ordonnance d'un juge.

Me Fradette dit en avoir répertorié une vingtaine en activité au Canada et il en coûterait environ 500$ par mois pour son utilisation. «C'est une technologie nouvelle, je ne pouvais pas l'invoquer auparavant», indique celui qu'on considère comme une sommité en matière de défense pour l'alcool au volant. Selon lui, il y a une vingtaine d'appareils de ce genre au Canada et peut-être un au Québec. Il cherche à documenter ce cas.

Selon Me Fradette, il s'agit d'une technologie très intéressante qui vient compléter le travail des policiers et qui offre une meilleure surveillance qu'un agent de probation.

«Une belle innovation»

Ça rejoint l'opinion de l'ancien procureur en chef de la région, Me Denis Dionne, à qui j'ai parlé mercredi. «Le but, c'est d'assurer la sécurité du public. Dans le cas de libération conditionnelle, les individus devaient se rapporter une fois par semaine à un agent de probation et, par la suite, on lui demandait de se rapporter par téléphone. Ce n'était pas très efficace comme mesure de surveillance. Ce type de bracelet, si la technologie est à point, représente une belle innovation qui peut être associée à des interdictions de consommation d'alcool», a fait valoir celui qui a été procureur en chef pour la région jusqu'en 2010.

Les élus cherchent constamment des solutions pour diminuer les coûts reliés à l'administration de la justice. Le virage informatique et les nouvelles technologies doivent faire partie des nouvelles façons de faire pour assurer la sécurité du public et diminuer les coûts.

L'alcool cause bien des maux à notre société. Me Fradette me racontait que les fabricants automobiles comme BMW et Audi essaient de développer des technologies semblables au bracelet sobriété sur les voitures. Les détecteurs d'alcool au volant devraient faire partie de l'équipement standard des voitures dans l'avenir. Parfois l'intelligence artificielle a plus de jugement que l'intelligence humaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer