Autogare: un stationnement pas invitant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / L'autogare du Havre, située au centre-ville de Chicoutimi, manque... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / L'autogare du Havre, située au centre-ville de Chicoutimi, manque un peu d'amour. Cinq jeunes femmes ont été poursuivies par un homme portant un masque à gaz et armé d'une barre de métal, samedi soir, dans le stationnement à étages. Les jeunes femmes s'en sont tirées avec une bonne frousse en prenant la fuite au volant de leur voiture, le coffre ouvert en klaxonnant sans arrêt.

Il faut que je sois mal pris pour utiliser ce stationnement. Il n'est pas très invitant. Chaque coin des cages d'escalier, à tous les étages, sert d'urinoir. À moins dix degrés Celsius, lundi après-midi, l'odeur était moins étouffante, mais j'ai souvenir, en été, d'avoir retenu mon souffle à quelques occasions. J'y ai même vu des dépôts de défécation. Disons que ça n'a rien d'inspirant avant d'aller manger au restaurant avec ta blonde.

Une fois la voiture stationnée, on se rend compte que ce n'est pas la place pour les piétons, il faut marcher derrière les automobiles en surveillant nos arrières, il y a toujours des conducteurs qui conduisent trop vite dans ce genre d'endroit.

C'est vrai aussi que ça manque d'éclairage. Même en plein jour, la visibilité est réduite en raison du contre-jour. On ne voit pas les piétons en raison de la luminosité extérieure. Le conseiller municipal du secteur, Simon-Olivier Côté, a déclaré à ma collègue Laura Lévesque, dans Le Quotidien de lundi, qu'il avait entrepris des démarches en ce sens et qu'il souhaitait activer les caméras existantes dans le stationnement souterrain.

J'ai rencontré des employés qui travaillent dans ce secteur et qui utilisent le stationnement. La plupart marchent les fesses serrées quand ils se rendent à leur voiture, en fin de soirée, après leur travail. Il y a souvent des jeunes qui se rassemblent avec leur voiture pour y prendre une bière. On me raconte aussi qu'il se fait des transactions de drogues, à l'abri des regards, et que souvent, il y a des personnes au volant de leur voiture stationnée. C'est toujours inquiétant, surtout quand il fait noir.

«Écoute, je fais six pieds et deux et je n'aime pas ça me rendre à ma voiture en fin de soirée», a fait part un employé de restaurant du secteur qui m'a assuré que toutes les filles ont peur de circuler sur ce stationnement.

Sur une note encore moins encourageante, le conseil municipal a décidé, à la fin du mois de janvier, de ne pas investir les 6,2 millions$ prévus sur trois ans pour rénover l'infrastructure. Ça doit coûter trop cher, j'imagine. Les plans et les priorités ont changé dans ce dossier, a fait part la Ville par la voix du responsable des communications. Seuls les travaux d'urgence seront effectués en attendant que les élus terminent leur réflexion sur une perspective plus large que les travaux de rénovation.

J'espère que les élus vont profiter de ce fait divers, même si la police laisse entendre qu'il pourrait s'agir d'une mauvaise blague, pour installer des systèmes d'éclairage digne de 2016 pour rendre cet endroit plus sécuritaire et moins effrayant. Ça ne devrait pas coûter trop cher d'installer des lumières DEL, pour au moins régler ce problème. 

Si l'ascenseur et les cages d'escaliers intérieures sont étonnamment propres, il en va autrement des stationnements et des cages d'escalier extérieures qui ressemblent à une maison des horreurs avec tous ces graffiti et les traces d'urine dans les coins.

Si j'étais un homme d'affaires et que j'invitais un client de l'extérieur de la région pour manger au restaurant, c'est sûr et certain que je ne stationnerais pas ma voiture à l'autogare. Enfin, à l'étage supérieur, ça passe toujours, le stationnement offre une belle vue sur la rivière Saguenay et la Zone portuaire. Aussi, nous n'avons pas besoin d'utiliser la cage d'escalier extérieure pour nous rendre sur la rue Racine. Les étages inférieurs ne sont vraiment pas recommandables.

Ça fait trop longtemps que tout le secteur du stationnement du Havre et le terrain vacant le long du boulevard Saguenay manquent d'amour. On va se réveiller un bon matin avec un pépin majeur qui va obliger les responsables de la sécurité à fermer le stationnement. Faudrait y voir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer