Chasse et pêche en cadeaux de Noël

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE CHASSE ET PÊCHE / Un article de chasse ou de pêche représente... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE CHASSE ET PÊCHE / Un article de chasse ou de pêche représente toujours un beau cadeau de Noël pour les amateurs d'activité cynégétique et halieutique. J'ai vu des enfants capoter en déballant une canne à pêche en plein mois de décembre. Vous imaginez, vous lui créez une attente de cinq mois avant de pouvoir utiliser son cadeau. Il y songera toutes les semaines et attendra avec impatience le moment d'effectuer son premier lancer sur le bord d'un cours d'eau.

Il y a un petit cadeau que vous ne devez pas rater cette année. Il s'agit d'une édition limitée de quatre cuillères ondulantes de la marque Willams pour célébrer le 100e anniversaire de ce leurre que la plupart des pêcheurs ont déjà eu et ont encore dans leur coffre de pêche.

Sur le site Internet de la compagnie, on y apprend entre autres que le premier Wabler de Williams a été estampé à Buffalo, New York, entre 1914 et 1916. La production commerciale officielle a débuté en 1920. Fabriqué au Canada depuis 1978, l'article est maintenant produit par Brecks à Sherbrooke au Québec avec les leurres Mooselook.

Il y a trois constantes chez Williams, disent les fabricants. D'abord, les leurres ont toujours été finis en argent véritable et/ou en or 24 carats. Aucune autre finition n'est comparable pour les qualités de reflet et visibilité. Ensuite, la marque Williams a toujours été fabriquée en Amérique du Nord par des pêcheurs pour des pêcheurs. Enfin, les leurres William ont toujours produit des prises mémorables pour les pêcheurs depuis 100 ans.

Le Wabler fut parmi l'une des premières cuillères à acquérir un brevet aux États-Unis et au Canada, notamment pour la strie stabilisatrice qui aide à prévenir la rotation. Cette particularité se trouve toujours sur la plupart des leurres de la série Williams, et c'est devenu, par la force des choses, la marque de fabrique de Williams.

Même si vous êtes un pêcheur à la mouche, la série de quatre cuillères saura certes vous rappeler de bons souvenirs. Nous avons tous pêché avec une Williams.

Un couteau, une lampe torche, un sonar, une pesée pour le poisson, un gadget pour l'embarcation, des mouches, une canne à pêche, un habit de pluie, des bottes de pluie, une planche de bois pour les filets de doré, de morue ou les sébastes sont des suggestions qui font toujours plaisir à Noël pour les amateurs de chasse et pêche. Si le coeur vous en dit, accrochez cette chronique sur le réfrigérateur avec un petit aimant, ça pourrait donner des idées aux gens de la maison.

Qui sait?

Villégiature au lac de la Hauteur

La MRC du Fjord du Saguenay a procédé au 6e tirage au sort de deux terrains de villégiature sur son territoire cette semaine. Les deux terrains situés sur le lac de la Hauteur au nord des monts Valin ont été attribués parmi les 269 inscriptions reçues.

Dans le communiqué, le préfet de la MRC Gérald Savard déclare que «nous travaillons très fort pour développer des projets de villégiature qui dynamisent le milieu tout en stimulant l'économie locale. C'est pourquoi nous sommes très heureux de constater l'engouement de la population envers ces projets». Je trouve que deux terrains de villégiature pour 269 inscriptions au tirage au sort, ce n'est ce que j'appelle travailler très fort.

La MRC doit mettre les bouchées doubles pour se rendre sur le territoire et offrir plus de terrains de villégiature sur les territoires non organisés. On devrait être en mesure de développer au moins une cinquantaine de terrains par année. La construction de deux chalets de pêche dans le fin fond du bois ne consiste en rien pour le développement de l'économie locale. On vient au contraire de priver plus de 250 personnes de la possibilité de se construire en forêt, d'acheter des motoneiges et des VTT pour vivre leur passion pour la nature.

La MRC du Fjord-du-Saguenay adresse toutes ses félicitations aux nouveaux locataires et précise que le développement de la villégiature se poursuivra sur son territoire en 2016. La conseillère en communication pour la MRC du Fjord, Ève-Marie Lévesque, n'a pas d'idée sur le nombre de terrains qui seront attribués l'an prochain, tout en soulignant le fait que l'attribution de terrains de villégiature nécessite de nombreuses interventions sur le terrain.

1,2 M$ sur la Petite Trinité

La Société d'aménagement de Baie Trinité inc. vient de terminer le projet d'aménagement de la troisième chute de la Petite rivière de la Trinité dans le cadre du programme de mise en valeur des habitats du saumon atlantique de la Côte-Nord.

La construction d'une passe migratoire constituée de six seuils en béton et de six bassins permettra au saumon d'utiliser les nombreux sites de fraie situés en amont de la chute infranchissable, et ce, sur 6,5 km de rivière additionnels. La production de cette rivière augmentera de 40% avec 920 saumons adultes par année.

Pêches et Océans Canada a investi 276 000$ et 759 000$ dans le Programme de développement et les travaux d'aménagement. Le programme assumera également le suivi de performance en 2017 et en 2018 ainsi que la protection du site pour un montant estimé à près de 100 000$.

Registre des armes à feu

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs est déroutée d'apprendre que le ministre de la Sécurité publique suppléant, Pierre Moreau, ait déposé à l'Assemblée nationale un projet de «Loi sur l'immatriculation des armes à feu», dans le but d'aller de l'avant avec la création d'un registre québécois sur les armes à feu

Comme le pense la très grande majorité des chasseurs du Québec, «une telle action est inappropriée; ce sont l'éducation et la connaissance des notions d'entreposage et de manipulation sécuritaire des armes à feu qui, en fin de compte, sauvent réellement des vies», indique la fédération par voie de communiqué.

«La mise en place d'un tel registre fera perdre des ressources précieuses à la province en temps et en argent. Malgré l'ordonnance de la Cour suprême, certaines données ont pu être recueillies in extremis par Québec en juin dernier. Elles sont désuètes et incomplètes, n'ayant pas été compilées depuis 2012. Aussi bien dire que le projet part à zéro», ajoute l'organisation qui souligne tout de même un aspect positif dans cette annonce, «le fait qu'une simple infraction technique à cette loi n'entraînerait pas de dossier criminel».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer