Vive les vins d'importation privée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La commission Robillard propose de mettre fin au... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, archives LA PRESSE)

Agrandir

La commission Robillard propose de mettre fin au monopole de la SAQ dans le commerce d'alcool au Québec.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, archives LA PRESSE

Roger Blackburn
Le Quotidien

Oublions le crêpage de chignon concernant la Société des alcools du Québec (SAQ) et le rapport de la Commission de révision permanente des programmes présidée par Lucienne Robillard concernant les frais d'administration et les rendements financiers. Je laisse aux fiscalistes et aux gestionnaires ce débat de chiffres, mais parlons de vins.

J'aimerais bien que la SAQ montre une ouverture pour laisser aller son monopole de vente de vin pour permettre à des caviers, des amateurs de vin d'offrir des produits qui ne sont pas offerts à la SAQ.

On me raconte que de nombreux producteurs de vin ne sont pas capables de rencontrer les exigences de la SAQ en ce qui concerne les quantités de vin à fournir. Certains vignobles de grande qualité ne peuvent garantir les centaines de caisses de bouteilles qu'exige la SAQ pour les vendre au Québec.

On le constate ici lors du Festival des vins de Saguenay quand on fait la connaissance d'un vignoble et qu'on commande du vin qui n'est pas en vente à la SAQ. On fait souvent de belles découvertes à des prix raisonnables. Alors si on permettait à des amateurs de vin d'ouvrir une boutique de vin d'importation privée avec des conseillers passionnés capables d'importer de petites productions, nous aurions une offre différente sans sabrer dans les profits de la SAQ.

Ces petits commerçants passeraient par la SAQ pour la livraison et l'achat de leur vin, mais les offriraient en vente dans un commerce spécialisé avec des heures d'ouverture plus intéressante que propose la SAQ. Le consommateur continuerait à payer des taxes, mais permettrait à des conseilles indépendants de nous faire découvrir autre chose que du vin de grande production.

De petits producteurs cultivent des vignobles qui produisent des bijoux de vin, mais qu'on ne peut pas acheter ici à moins de le faire par commande privée, comme on le fait dans le cadre d'un salon des vins. Il me semble qu'on pourrait laisser s'installer de petites boutiques de vins ça ferait bien dans le décor urbain en plus de nous offrir la chance comme consommateurs de goûter autre chose.

Je connais quelques restaurateurs dans la région qui voyagent dans des régions viticoles et qui ont développé des liens privilégiés avec des producteurs de vin à l'étranger. Certains restaurants possèdent d'ailleurs un bel éventail de vins privés. Je suis convaincu que les consommateurs pourraient vivre de belles expériences avec des spécialistes passionnés.

Combien de noms de famille?

Ça vous dit quelque chose: Moreau-Bordeleau-Lemoine-Allaire-Durant-Lacasse-Dubois-Léger-Auger-Gagné-Legros-Montand-Morand-Voyer-Leboeuf-Haché? Il s'agit d'un extrait d'un monologue d'Yvon Deschamps qui indique à quoi pourrait ressembler le nom de famille d'un enfant de la cinquième génération.

Une proche qui travaille dans l'enseignement m'a fait remarquer récemment que la tendance n'est plus aux deux noms dans les nouvelles familles. Les couples reviennent au nom de famille unique.

La collègue Louise Leduc de La Presse a expliqué dans un texte le mois dernier qu'en 1992 22% des familles avaient donné les deux noms à leurs enfants alors qu'en 2012 ce chiffre variait autour de 10%.

Je sais que la tradition des noms de famille est de porter le nom du père, mais entre vous et moi et la porte fermée, ce serait bien plus logique que les enfants portent le nom de la mère.

Je sais qu'on vit dans une société patriarcale, mais il me semble que les mères ont un lien plus fort que les pères avec leur enfant. Messieurs ne me lancez pas de roches, je sais que c'est la tradition, mais les femmes devraient avoir autant de raisons que vous de donner le nom de famille à leur progéniture. Le fait de le porter pendant neuf mois devrait d'ailleurs leur donner ce privilège. N'oublions pas que les traditions sont issues d'innovation.

C'est juste pour vous suggérer une belle discussion de couple ce matin autour de votre café.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer