Un Festival de l'asphalte de Saguenay?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Roger Blackburn
Le Quotidien

Un ami proposait sur les réseaux sociaux cette semaine de lancer dans les rues de Saguenay des camions d'asphalte avec deux ou trois ouvriers suivi d'une machine à rouler l'asphalte ayant pour mission de boucher les trous. Une fois le camion vide, on le remplit de nouveau pour qu'il continue sa route et on répète l'opération jusqu'à la fin de l'été.

Quelle excellente idée! Certains commentaires sur sa page Facebook lui ont signalé qu'il ferait un bon maire. Je sais que ce n'est pas mieux ailleurs, mais on fait vraiment figure d'enfant pauvre.

On ne vous demande pas de refaire toutes les rues de la ville en redressant les puisards, en réparant les égouts et les entrées d'eau. Pour ce genre de travaux basés sur le développement durable, c'est à se demander s'il faudra attendre «l'après Jean Tremblay» pour réparer nos infrastructures et protéger nos bâtiments patrimoniaux. On vous demande seulement de «patcher» les trous existants et pas seulement avec une pelletée de bitume qu'on tape du pied, mais avec de l'asphalte qui déborde deux pieds autour de la réparation et non pas deux pieds à l'intérieur de la réparation.

Il me semble qu'on pourrait organiser le Festival de l'asphalte de Saguenay en invitant les compagnies industrielles spécialisées dans le domaine à venir faire la démonstration de leurs équipements ultramodernes en faisant des démonstrations dans nos rues mal foutues.

Ce genre d'événement n'existe pas. Promotion Saguenay pourrait devenir un leader en organisant le premier festival mondial de l'asphalte en invitant des représentants municipaux de partout dans le monde à s'inscrire à ce rendez-vous industriel qui pourrait inclure des conférences et des ateliers sur les nouvelles technologies d'asphaltage dans le monde!

Il pourrait y avoir des thématiques comme «Guerre aux nids-de-poule», «Des trottoirs en asphalte», «Des stationnements sans flaques d'eau», «De la peinture qui s'incorpore au bitume», «Les résidus de pneus pour de l'asphalte écologique», «Comment éviter l'asphalte qui craque?», «Mobilisation citoyenne pour asphalter une rue», «Nouvelle loterie: achetez un billet et gagnez la chance de faire asphalter le trou devant votre résidence», bref plein de beaux sujets à discuter dans le cadre d'un congrès.

André Roy, propriétaire de l'entreprise GRB inc. pourrait prononcer une conférence sur le projet «Perma-Route», un nouveau système de colmatage de nids-de-poule à chaud. Des panneaux solaires en asphalte qui font fondre la neige pendant l'hiver; ce ne sont pas les sujets et les compagnies qui manquent dans ce domaine.

Saguenay pourrait en profiter pour financer la venue de ces entreprises industrielles spécialisées dans ce domaine et faire des démonstrations dans les rues de la ville, ça permettrait de colmater certaines brèches.

Plusieurs citoyens en dormance attendent pour proposer des projets et mettre de l'avant certaines initiatives qui ne trouvent pas d'oreilles attentives à la Ville, car ils ne sont pas du «bon bord», comme dans l'ancien temps.

Rien n'empêche que l'idée de mettre sur la route des camions remplis d'asphalte avec la seule mission de boucher les trous reste une bonne idée. Pas besoin d'étude ou de supervision d'un cadre supérieur pour identifier les endroits, les camions n'ont qu'à rouler et à boucher les trous, ils en ont au moins pour l'été.

Il faudra attendre encore six ans pour que notre réseau figure en tête des priorités? «Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage», nous a enseigné Lafontaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer