Pas facile le vélo à Chicoutimi

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Roger Blackburn
Le Quotidien

Voici l'histoire d'une lectrice qui décrit la situation type de quelqu'un qui veut faire une balade à vélo à partir de son quartier à Chicoutimi. C'est ce genre de constatation qui fait qu'on n'aime pas notre arrondissement, qui est vraiment mal foutu en pistes cyclables.

Elle se qualifie de cinquantenaire bedonnante qui décide de ressortir son vélo. Parce que c'est important d'être en forme, elle va juste faire une petite balade à côté de chez elle, ça coûte zéro et c'est bon pour sa santé.

Elle raconte.

««Si j'en fais seulement 30 minutes, ça sera tout de même 30 minutes de plus qu'hier», que je me dis. Et je mets même le casque, en pensant à Isabelle Richer! Et je pars dans mon petit quartier résidentiel au pied du mont Sainte-Claire en me disant qu'il y a une piste cyclable pas loin, sur Barrette, qui traverse la rivière Chicoutimi, ça serait bien comme début: joli, pas trop dur, pas de côtes.

Je prends Victor-Guimond, puis Voltaire, et je traverse Barrette au panneau d'arrêt, car je sais que la piste cyclable est de l'autre côté. Mais oups... Il n'y a pas de piste cyclable sur ce petit bout-là. Je roule jusqu'à Saint-Paul, mais c'est impossible de le traverser à la lumière: je suis à l'envers du trafic et quand c'est vert, il y a trop de monde qui tourne à gauche si bien que quand ils sont tous passés, c'est rouge et tant pis pour moi! Qu'à cela ne tienne, je retraverse Barrette en regardant les automobilistes dans les yeux pour être certaine qu'ils m'ont vue, et je traverse Saint-Paul du bon côté, puis je retraverse Barrette tout de suite après pour aller prendre la piste cyclable et je roule jusqu'au chemin de la Réserve. Là, ça tombe en gravier, pas trop de signalisation, je suis "mémère", je vire de bord.

Je refais Barrette, un petit bout pas de piste après Saint-Paul, puis hop! la piste réapparaît sur Malraux (jamais vu de signalisation, mais il y a des marques sur la chaussée)! De retour sur Barrette, je traverse Talbot et je continue sur des Roitelets. Et là je descends une petite côte près du parc de la Rivière-Langevin et c'est plaisant, je prends de la vitesse, mais qu'est-ce que j'aperçois? Un gros bloc de béton jaune en plein milieu de la piste qui a l'air de finir là. Je mets les freins pour découvrir au dernier moment que la piste bifurque très maladroitement pour se poursuivre dans la rue. J'arrive à des Saguenéens, mais je me dis que ça doit être dangereux de traverser Talbot au coin des centres commerciaux, alors je vire de bord pour retraverser sur Barrette.

Sauf que ça ne va pas du tout, comme sur Saint-Paul. Je suis à l'envers du trafic à l'endroit où la piste cyclable traverse Talbot. Quand ça tombe vert, tous ceux qui tournent à gauche passent et je m'élance après, mais j'ai tout juste le temps de me rendre au milieu et je reste prise là comme une "cretonne" avec les autos qui passent des deux bords sur leur verte. Quand la lumière change, même chose: tous ceux qui arrivent sur des Roitelets et tournent à gauche passent et il ne reste plus de temps de verte pour moi. À l'autre lumière, je me risque et passe finalement sur la jaune-orange-rouge après avoir regardé tous les automobilistes dans les yeux. Fiou!

Je me dis que je pourrais aller dans le quartier des Vingt-et-un, plus tranquille. Pas évident de tourner sur des Cent-Associés: la lumière ne s'affiche pas de mon côté. Bon, je peux regarder celle de l'autre côté et déduire que quand elle est rouge pour eux, elle est verte pour moi. Et ce n'est pas grave si la traverse arrive dans le trottoir, je n'ai qu'à faire une diagonale pour arriver du bon côté. C'est juste mal foutu. Je me dis que je devrais aller prendre Bégin, j'ai entendu dire qu'ils ont marqué la rue pour les vélos. Et c'est bien vrai, c'est marqué bien large, des deux côtés de la rue. Mais il y a des autos stationnées à l'intérieur des marques. Pourquoi n'ont-ils pas marqué juste un côté, avec une interdiction de stationnement? Il pourrait y avoir un bord pour le stationnement et un autre pour le vélo.

Toujours est-il que je rentre chez moi après ma petite randonnée. Je ne me dis presque pas «Bravo, j'ai fait de l'exercice! J'ai hâte d'y retourner demain!», mais plutôt «Wow, je suis revenue en vie!» et surtout, une chance que je n'étais pas une petite maman avec deux enfants sur leurs petits vélos. Je n'imagine même pas des enfants faire ça. Je me dis que c'est bien beau de leur dire de serrer les jeux vidéo, mais...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer