Je prédis des normes pour les poêles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Roger Blackburn
Le Quotidien

Aussi bien vous le dire tout de suite: d'ici quelques années vous ne pourrez plus utiliser des poêles à bois non conformes pour chauffer vos cabanes à pêche ou pour illuminer l'âtre de vos foyers à la maison.

Je dis ça comme ça parce que cette année Environnement Canada a émis une dizaine d'avis de smog hivernal pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Car on le sait, ce sont les feux de poêles à bois qui sont responsables du smog hivernal.

D'ici cinq ans, une réglementation nous obligera à rendre conformes nos installations de chauffage au bois, j'en suis certain. D'abord, il y aura des études pour démontrer que les avis de smog hivernal sont plus nombreux, d'année en année. Ajoutez à cela le lobbying des fabricants de poêles à bois, les discours des écologistes, les avis des spécialistes de la santé et vous avez la combinaison parfaite pour nous obliger à changer nos habitudes.

Le plus drôle ce sera le jour où quelqu'un viendra mesurer la quantité de particules fines émise par les poêles à bois du village de pêche blanche de la baie des Ha! Ha! Immanquablement il sortira des chiffres effrayants. Imaginez 1500 poêles à bois non conformes aux normes regroupés dans un espace restreint? Les statistiques de pollution vont faire éclater les outils de mesure.

Je dis ça de même aujourd'hui, parce que ça va être inévitable, alors aussi bien s'y préparer. L'argument de la région éloignée en milieu rural ne tiendra pas la route pour Saguenay. Aussi bien commencer à ramasser vos sous pour changer vos installations de bois de chauffage et ce sera les mêmes règlements pour les cabanes à pêche que pour les maisons privées.

Souliers de vair ou de verre?

La collègue Katerine Belley-Murray nous apprenait dans Le Quotidien de lundi que le Robervalois Jérom C. Rousseau avait été choisi avec huit autres designers pour concevoir, selon eux, ce que serait le soulier de Cendrillon en 2015 en prévision de la sortie du nouveau film de Disney au mois de mars.

Ma consoeur journaliste se questionne à voix haute si elle doit écrire un soulier de vair ou un soulier de verre. Le vair est la fourrure d'un écureuil gris alors que le verre est celui qu'on connaît et qu'on a vu dans les dessins animés de Walt Disney.

L'édition de 1697 des contes de Charles Perrault mentionne «la pantoufle de verre». Honoré de Balzac, en 1841, sème la controverse par la bouche d'un de ses personnages, pelletier de son métier. Le vair était à l'époque une fourrure très rare que seuls les biens nantis pouvaient porter. Il prétend que Perreault aurait confondu vair et verre. Le conte des frères Grimm en 1812, une version très violente, parle de pantoufles en or.

En fouillant un peu plus sur Google, on finit par apprendre que l'histoire daterait du IIIe siècle et que les contes où les enfants passent des cendres au trône sont très nombreux à travers toutes les époques.

Je trouve tout de même que la version avec le soulier en verre est beaucoup plus jolie. Il me semble que la fée marraine de la version de Perreault rend l'histoire plus magique. Ça déniaise un peu cependant de fouiller dans l'histoire de ces récits. Ça prouve que les histoires changent à mesure qu'on les raconte, c'est ça la vie des mythes et des légendes. J'ignorais tout de cette controverse entourant les pantoufles de vair et le soulier de verre. Il aura fallu un designer de Roberval pour me faire découvrir l'origine de cette histoire.

La sortie du film, avec Lily James dans le rôle de Cendrillon est prévue pour le 13 mars. Vous verrez que le verre est plus beau que du vair.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer