Un parc jusqu'au Saguenay, et vite!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Roger Blackburn
Le Quotidien

Le décès tragique, la semaine dernière, d'un homme de 36 ans noyé dans les eaux glaciales de la rivière du Moulin à Chicoutimi nous force à considérer l'importance d'aménager ce parc le long de cette rivière jusqu'à son embouchure dans la rivière Saguenay.

Pour des raisons qu'on ignore, l'homme, un habitué du parc, s'est aventuré hors des sentiers pour se rendre en raquette sur la rivière gelée. Même pour des gens habitués, il est difficile de juger l'état de la neige ou de la glace sur une rivière avec de l'eau vive.

Parfois la glace peut être assez solide pour supporter le poids d'un randonneur alors que l'effet du courant peut affaiblir le plancher de glace et de neige. Les randonneurs ignorant ces risques peuvent être tentés de s'aventurer sur la glace d'une rivière en eau vive par simple curiosité ou pour atteindre l'autre rive.

La tragédie s'est produite à proximité du pont du boulevard de l'Université dans un secteur connu sous le nom de la chute du Voile de la mariée. Les situations de danger peuvent être difficiles à interpréter selon les endroits. En amont de la rivière, en haut du barrage où le courant est plus faible, des skieurs, des raquetteurs et des randonneurs se promènent sur la glace gelée. S'il n'y a pas de signalisation indiquant «danger glace mince» ou «défense de marcher sur la rivière», rien n'indique que ça peut être dangereux, à moins de connaître ces dangers par soi-même.

On voit des cabanes à pêche sur les glaces du fjord et des pêcheurs qui se promènent à proximité du brise-glace; on voit des gens escalader des murailles de glace au pied des chutes et on voit des motoneiges se promener sur des glaces. S'il n'y a pas de signalisation, un randonneur pourrait être tenté de s'aventurer sur des glaces.

J'espère que les gestionnaires de la Ville s'attardent à imaginer une signalisation adéquate tout au long de la rivière du Moulin, même dans les secteurs où il n'y a pas de sentiers balisés pour éviter que des citoyens perdent la vie en raison d'un manque de signalisation.

Le parc de la Rivière-du-Moulin est fréquenté par plus de 100 000 personnes annuellement. Des investissements ont été faits ces dernières années pour l'aménagement d'un bâtiment d'accueil et d'un vaste stationnement. Les élus de Saguenay devraient songer à investir aussi dans le prolongement des sentiers jusqu'à l'embouchure de la rivière en passant sous le pont du boulevard de l'Université.

Plus les sentiers seront aménagés avec une signalisation adéquate moins il risque d'y avoir d'accidents et de tragédies comme celle de la semaine dernière. En plus de la beauté de l'endroit, c'est maintenant pour des raisons de sécurité qu'il faut aménager ce parc dans toute sa longueur.

Il faudrait aussi songer à cette piste cyclable le long du boulevard de l'Université que nous promet le président de l'arrondissement Chicoutimi Jacques Fortin depuis 20 ans, mais qu'il n'a jamais livré. Cette piste cyclable pourrait aussi rejoindre les sentiers du parc sous le pont. Il est temps que des investissements sur le terrain soient effectués dans ce joyau régional.

Je ne pense pas que la Place du citoyen attire plus de 100 000 personnes par année et on y a investi plus de sept millions de dollars. Les utilisateurs du parc de la Rivière-du-Moulin mériteraient qu'on investisse quelques millions dans les sentiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer