Le départ d'une idole d'enfance

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Clermont Cloutier... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Clermont Cloutier

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Phil Desgagné
Le Quotidien

CHRONIQUE / Quand on est p'tit gars, il y a toujours des personnalités qui nous marquent, surtout quand on fait du sport. Moi, j'ai commencé à jouer au baseball tout jeune. Tout près de chez moi demeurait Clermont Cloutier.

Il y a deux choses que je trouvais impressionnantes chez celui qui demeurait à quelques maisons de chez nous. Il était policier, ce qui est toujours spécial pour un jeune garçon, et il jouait au baseball senior. Encore plus, il était un joueur vedette.

Plus tard, j'ai eu l'occasion de jouer à ses côtés avec les Lions de Chicoutimi. Clermont était un bon joueur de premier but, mais surtout un frappeur redoutable. La force physique et le gabarit de Clermont en faisaient un frappeur de premier plan. Pour lui, il n'y avait pas de zone de prise. Toute balle qui était autour du marbre était une raison de s'élancer et je peux vous dire qu'il ne ratait pas souvent son coup.

J'ai bien connu également Clermont comme instructeur avec l'équipe de Port-Alfred, dans la ligue senior de baseball. À ce moment-là, j'étais arbitre et Clermont aimait bien nous « challenger ». Mais il le faisait avec humour et surtout sans malice. J'en garde de bons souvenirs.

La semaine dernière, après avoir appris son décès, je me suis rendu au salon funéraire pour rencontrer la famille. Lors de ma visite, je me suis pratiquement retrouvé au milieu d'un rendez-vous d'anciens coéquipiers de Clermont. J'ai eu l'occasion de rencontrer des gars comme Jean-Yves Loubier, Clément Savard, Guy Wauthier et Maurice Gagnon. Tous avaient des anecdotes à raconter. Avec son départ, c'est une autre page de l'histoire du baseball régional qui se tourne. Il était un rassembleur et un gentleman. Salut Clermont !

Les Marquis

La semaine dernière, j'écrivais que je souhaitais voir Richard Martel demeurer l'entraîneur des Marquis de Jonquière. Comme je ne suis pas le conseiller privé de Richard, il n'a pas exaucé mon souhait.

Richard a accepté le défi de devenir le nouveau commissaire de la Ligue nord-américaine de hockey. C'est un gros défi, car la ligue a besoin d'un bon vendeur. En Richard, la LNAH a ce vendeur. Maintenant, il reste à faire le travail.

Dès le début de son règne, on a vu Richard faire deux nominations importantes. Michel Gaudet est devenu son conseiller. Celui qui était président de la LNAH à des débuts est aussi un ami de Richard. En plus, avec la nomination de Denis Leblanc, un recruteur professionnel, au poste d'adjoint au commissaire, on voit que la direction de Richard a du sang neuf et des gens de hockey. 

Les prochaines semaines vont permettre à Richard Martel de régler la question d'une possible septième équipe dans la ligue.

Chez les Marquis, Marc Boivin sait maintenant à quoi s'attendre. Il est à la recherche d'un entraîneur. On dit que la liste est déjà prête et qu'il y a plusieurs bons candidats. Le nom de Claude Bouchard est revenu à la surface, mais on me raconte que plusieurs joueurs actuels de la formation ne verraient pas d'un bon oeil son retour parce qu'il a délaissé le club, il y a deux ans, pour accepter une offre des Cataractes de Shawinigan. J'ai aussi appris que Marc Boivin avait un voyage de pêche organisé avec Serge Forcier, un ancien entraîneur des Marquis et de l'équipe de Sorel. Forcier a un contrat en main pour diriger une équipe en Europe (Dijon), mais il paraît qu'il pourrait changer d'idée et accepter de revenir avec les Marquis. Peut-être que Marc Boivin sera assez convaincant. L'avenir nous le dira.

Tournoi Charles Hudon

J'ai participé vendredi dernier à la première édition de la Classique de golf Charles Hudon. Environ 100 golfeurs étaient présents. Pendant la journée, j'ai eu l'occasion de rencontrer deux anciens joueurs des Saguenéens, Alain Côté, qui a évolué pour les Nordiques de Québec, et André Boudreault. Ils avaient invité Rénald Nepton à se joindre à leur quatuor. Les trois hommes se sont rappelé de bons souvenirs. Neppy me disait que le trio de Sylvain Locas, Alain Côté et André Boudreault a été l'un des meilleurs de l'histoire des Sags.

Le tournoi aura une deuxième édition l'an prochain puisque la première expérience a été une réussite. J'ai eu le privilège de représenter Le Quotidien en compagnie de Jeannot Lévesque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer