Les assistances au Mondial junior

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nicolas Roy célèbre après avoir donné la victoire... (La Presse canadienne, Chris Young)

Agrandir

Nicolas Roy célèbre après avoir donné la victoire en prolongation à l'équipe canadienne lors de son dernier match préparatoire contre la Suisse au Championnat mondial de hockey junior, à Toronto.

La Presse canadienne, Chris Young

Phil Desgagné
Le Quotidien

CHRONIQUE / Depuis quelques jours, ce qui retient l'attention sur la planète hockey est bien entendu la tenue du Championnat mondial de hockey junior qui se déroule actuellement à Toronto et à Montréal. Certains médias s'attardent beaucoup plus aux assistances totales qu'aux performances de l'équipe canadienne, elle qui joue assez bien jusqu'à maintenant.

Je vais vous en parler des assistances. Oui, à Montréal, c'est un peu plus difficile qu'à Toronto. À Montréal, tout est pour le Canadien et il n'y a rien pour les autres. Malgré tout, si on regarde la ronde préliminaire, la moyenne d'assistance est de 6000 spectateurs à Montréal, comparativement à 11 000 pour Toronto. L'équipe canadienne n'a pas joué un seul match de la ronde préliminaire au Centre Bell puisque toutes les rencontres ont été disputées au Centre Air Canada de Toronto. Une moyenne de 6000 spectateurs n'est donc pas si mal. Maintenant, avec les quarts de finale, demi-finales et finale à Montréal, je suis convaincu qu'il y aura beaucoup plus de gens au Centre Bell.

J'ai eu l'occasion, il y a trois ans, d'assister au Championnat mondial de hockey en Suède. J'étais à tous les matchs de l'équipe canadienne et je peux vous dire que les assistances de 2000 et 3000 spectateurs étaient fréquentes. Même lors de la grande finale, alors que le pays hôte jouait contre ses éternels rivaux de la Finlande, il y avait à peine 10 000 spectateurs dans l'amphithéâtre.

Ne vous posez donc pas de question à savoir pourquoi le tournoi est de retour au Canada tous les deux ans. C'est encore l'endroit où il attire le plus de spectateurs à travers le monde.

Maintenant, parlons un peu de hockey. L'équipe canadienne joue plutôt bien depuis le début de la compétition et ce que je retiens surtout de ce tournoi, c'est qu'il y a beaucoup de joueurs qui ont été mal évalués par les dépisteurs professionnels, qui sont au-delà d'une centaine à assister à ce fameux tournoi.

Un bel exemple est Nicolas Roy. Le capitaine des Sags était dans la cour du Canadien de Montréal et il a été repêché en quatrième ronde, 96e au total, par les Hurricanes de la Caroline, alors qu'il joue actuellement comme un choix de première ronde.

Le défenseur des Huskies de Rouyn-Noranda Philippe Myers, lui, n'a jamais été repêché par un club de la Ligue nationale de hockey et il vient de signer un contrat professionnel avec les Flyers de Philadelphie en tant qu'agent libre.

Parlant des Flyers, ils ont neuf espoirs présents au tournoi. En comparaison, le Lightning de Tampa Bay en a cinq et le Canadien en a seulement deux. Est-ce que le dépisteur en chef du CH Trevor Timmins assiste au tournoi? C'est la question qu'il faut se poser.

Marquis et Sags

Les semaines se suivent et ne se ressemblent chez les Marquis et les Saguenéens. Ce fut une fin de semaine difficile pour les hommes de Richard Martel avec deux défaites. À la défense de l'équipe jonquiéroise, il ne faut pas se cacher qu'il manquait plusieurs joueurs. Malgré tout, il sera intéressant de surveiller le calendrier dans les prochaines semaines. D'ailleurs, les Marquis sont au repos pour deux semaines; le Tournoi provincial de hockey pee-wee de Jonquière prend possession du Palais des sports.

Les Saguenéens ont connu deux très bonnes performances à domicile. Malgré l'absence du leader naturel Nicolas Roy, l'arrivée de Joey Ratelle et des jumeaux Klima a changé tout le visage de l'attaque des Saguenéens. Avec ces deux victoires, les Sags s'approchent du top-6 de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

D'ailleurs, durant les deux dernières parties, j'ai eu le plaisir de m'asseoir régulièrement dans les estrades et beaucoup de gens m'interpellaient en m'annonçant des transactions. «Tu sais Phil, c'est fait, Julien Gauthier des Foreurs de Val d'Or s'en vient à Chicoutimi et un autre joueur également», me disaient certains partisans.

Les gens nommaient toutes sortes de joueurs qui viendraient s'ajouter à la formation chicoutimienne. On sentait également que les partisans voulaient que le dg Yanick Jean bouge et donne aux partisans une équipe qui peut aller le plus loin possible en séries de fin de saison. On aura la réponse à tous les projets de Yanick le 6 janvier.

Une belle histoire

En terminant, une petite histoire. Vous vous rappelez, il y a presque un an, j'ai écrit un petit papier sur Daniel Dufresne, un ancien joueur des Saguenéens qui a reçu une greffe de la moelle osseuse. Daniel est depuis ce temps rétabli et il va très bien.

Dernièrement, il a reçu des nouvelles de son généreux donateur. Alors qu'il croyait que celui-ci venait de l'Europe, hé bien non, c'est plutôt un jeune Américain de 21 ans, Ben Anderson, un étudiant à l'Université du Wisconsin. Depuis quelque temps, Daniel et Ben communiquent régulièrement par courriel et Daniel me disait qu'il était très heureux de pouvoir enfin connaître celui qui lui procure une qualité de vie beaucoup supérieure à celle d'il y a quelques années. Une belle histoire que Daniel et Ben vivent actuellement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer