Surveiller nos équipes de mon lit d'hôpital

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joey Ratelle... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Joey Ratelle

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Phil Desgagné
Le Quotidien

Il y a quelques semaines, je vous ai raconté que je devais démissionner du poste de préfet de discipline de la Ligue nord-américaine de hockey pour subir une opération à un genou. C'est chose faite.

Mercredi dernier, le docteur Louis-René Bélanger a opéré mon fameux genou qui me faisait souffrir depuis un an. Il peut dire mission accomplie. L'opération s'est super bien déroulée et je suis déjà de retour à la maison.

On critique souvent le système de santé. Je peux vous dire que tous les gens que j'ai côtoyés pendant mes trois jours à l'hôpital sont de grands professionnels. Ils sont surtout très bien intentionnés. Quand on parle avec ces gens, c'est beaucoup plus le climat de travail et les conditions de travail qui sont au centre de leur insatisfaction. Je lève mon chapeau devant ceux avec lesquels j'ai eu à faire pendant mon séjour exceptionnel à l'hôpital. Ce fut vraiment très bien et tout le monde a été d'une gentillesse exceptionnelle.

Depuis hier, c'est la réadaptation qui a débuté avec le grand chef Louis Deschênes. Il m'a dit : « Phil, je te connais très bien. À l'avenir, tu ne fais pas ce que tu penses, mais bien ce que je te dis de faire pour revenir le plus rapidement possible sur tes deux pieds ».

Même sur mon lit d'hôpital, j'ai surveillé ce qui se passait avec nos deux équipes régionales, les Marquis et les Sags. La semaine dernière, les Saguenéens étaient dans une mauvaise séquence qui s'est poursuivie vendredi face aux Cataractes de Shawinigan. Mais l'acquisition de Joey Ratelle s'est fait sentir samedi après-midi, au Centre Georges-Vézina. Le vétéran a fait le travail qu'un joueur de 20 ans doit faire. Un but et une passe, il a frappé tout ce qui bougeait sur la glace et a même livré un furieux combat.

Mais je vous avoue qu'après la première période, alors que Baie-Comeau menait 3-0 et 17-3 dans les lancers, j'étais un peu découragé de ce qui se passait avec les Sags. Je ne sais pas ce qui est arrivé dans le vestiaire après cette première période, mais nous n'avons pas vu les mêmes Saguenéens pendant les deux périodes suivantes. C'étaient les Saguenéens qu'on veut voir, avec de la hargne et surtout des efforts de tous les instants. L'attaque à cinq a fait son travail avec trois buts en deuxième période. Le Drakkar a payé chèrement son indiscipline.

Ce que j'ai aimé samedi, surtout en deuxième et troisième périodes, c'est qu'on a vu le Julio Billia des beaux jours. C'est important, car Yanick Jean n'a pas fait ces transactions sans espérer que son gardien soit un pilier de l'équipe. C'est un ''must''.

J'ai maintenant hâte de voir la suite des transactions. L'acquisition des jumeaux Klima a été confirmée. Un plus pour les Saguenéens.

Ce qui rend les choses intéressantes dans le junior majeur, c'est que plusieurs équipes sont entrées dans la danse des acheteurs. L'équipe qu'il faut maintenant surveiller est celle de Charlottetown. Avec le retour de Daniel Sprong, les Islanders vont briller de tous leurs feux. Ils ont beaucoup d'attaque, mais un problème flagrant devant le filet. Je ne serais pas surpris que le vétéran Antoine Samuel, du Drakkar de Baie-Comeau, ou un autre gardien se retrouve avec cette formation. C'est la même chose pour l'Armada de Blainville-Boisbriand. C'est une année « all in » pour cette formation. Mais les Sags n'ont pas terminé leur magasinage. Ce sera à surveiller.

J'ai été déçu pour Samuel Girard. Encore une fois, il s'est fait parler de son physique quand il a été rayé de la formation junior canadienne. Il devra encore confondre les sceptiques. Ce sera ainsi pendant toute sa carrière. À l'inverse, la sélection de Nicolas Roy est pleinement méritée et je suis convaincu qu'il se démarquera pendant le championnat.

Mardi dernier, la nouvelle direction des Saguenéens avait organisé une rencontre avec des gens d'affaires de la région afin de les impliquer encore un peu plus. L'idée est très intéressante, car faire du junior en région n'est pas facile. La semaine dernière, la ville de Baie-Comeau a été obligée de faire un chèque de 100 000 $ au Drakkar pour l'aider à poursuivre ses activités. Chaque année, Baie-Comeau donne 300 000 $ pour permettre à son équipe de faire du hockey. Vraiment pas facile le hockey junior en région, de là l'importance de l'implication du milieu.

Marquis

Chez les Marquis de Jonquière, l'acquisition de Gabryel Paquin-Boudreau est majeure. Les défenseurs des équipes adverses vont apprendre que sa grande vitesse est tout un atout. Il sera un élément important des Marquis, surtout en séries de fin de la saison. Encore une fois, les Marquis nous ont surpris.

À tous, un très joyeux Noël et surtout de la santé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer