Un dossier complexe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Courteau, commissaire de la LHJMQ... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Gilles Courteau, commissaire de la LHJMQ

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Phil Desgagné
Le Quotidien

CHRONIQUE / La Ligue de hockey junior majeur du Québec a reçu une très belle nouvelle récemment quand la ministre du Travail, Dominique Viens, a déclaré vouloir soustraire les joueurs étudiants de la loi sur les normes du travail.

La ministre répondait ainsi à la demande du commissaire Gilles Courteau et de toutes les équipes de la LHJMQ. Déjà, la Nouvelle-Écosse avait répondu à la même demande et il ne reste qu'au Nouveau-Brunswick à le faire.

Pour avoir été impliqué comme gouverneur pendant plusieurs années, je sais que c'est un dossier qui a engendré des frais d'avocat très importants à la LHJMQ et qui a demandé beaucoup d'énergie au commissaire et au bureau des gouverneurs. C'est un dossier très complexe, car il touche dix provinces et plusieurs États américains. En plus, la loi sur les normes du travail est différente d'une province à l'autre. Cela ne fait qu'ajouter à la complexité du dossier.

Deux provinces, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique, ont déjà adopté une loi pour soustraire les joueurs du hockey junior à leur loi des normes du travail.

Il y a quelques jours, le commissaire Courteau a déclaré que plus de la moitié des clubs perdent de l'argent d'année en année. S'il y a des gens qui doutent de la parole du commissaire, je peux vous assurer qu'ils n'ont aucune raison de ne pas le croire, car toutes les équipes sont obligées de remettre leur bilan financier chaque année. Au Québec, à l'exception des Remparts, les équipes se battent pour équilibrer leur budget chaque année.

Mais le dossier est loin d'être fermé. Il y a encore du travail à faire pour régler la situation dans les deux autres ligues. Vous entendrez donc parler de ce dossier durant encore plusieurs années. On est quand même sur la bonne voie pour un règlement qui va enlever de la pression sur les propriétaires des équipes.

Il en coûte de plus en plus cher pour opérer une franchise dans le hockey junior majeur. Nous en avons une autre preuve présentement puisqu'aucune équipe de la LHJMQ n'a montré de l'intérêt pour présenter le tournoi de la Coupe Memorial 2018. Ce sera le 100e anniversaire de l'événement. En plus, la LHJMQ présentera le tournoi de 2019. Ce sera certainement l'Ontario, et possiblement les '67 d'Ottawa, qui accueilleront l'édition de 2018 puisqu'elle coïncidera avec le 150e anniversaire du Canada.

Les Saguenéens et la Coupe du monde

Les Sags amorceront leur saison locale vendredi en accueillant le Drakkar de Baie-Comeau. Le premier week-end de l'équipe a été assez difficile avec deux défaites à Québec et Shawinigan. Mais à la décharge de tous les clubs, on ne voit pas les vraies formations sur la glace présentement. Chez les Sags, quatre éléments importants manquaient à l'appel en fin de semaine. Mais il faut admettre que toutes les équipes vivent la même situation.

Est-ce que Yanick Jean pourra compter, vendredi, sur quelques-uns des joueurs qui manquaient à l'appel en fin de semaine ? On ne le sait pas. Mais on l'espère pour les partisans.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j'ai été très impressionné par l'équipe des moins de 24 ans à la Coupe du monde. On est resté sur notre appétit quand elle a été éliminée. Tout le monde souhaitait voir cette équipe remplie de futures grandes vedettes affronter Équipe Canada. C'est la formation qui aurait pu lui donner la meilleure opposition sur la glace. Il est intéressant de penser qu'il y a de bons successeurs aux Bergeron, Crosby, Thornton et compagnie.

(Propos recueillis par Serge Émond)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer