Martel et les Marquis: un mariage de raison

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Les copropriétaires des Marquis de Jonquière, Éric Claveau... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Les copropriétaires des Marquis de Jonquière, Éric Claveau et Marc Boivin, ont confirmé la mise sous contrat de Richard Martel (au centre) comme DG et entraîneur-chef du club pour la prochaine année, avec possibilité de prolonger son contrat de deux ans, jeudi en conférence de presse.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Phil Desgagné
Le Quotidien

CHRONIQUE / Dans la vie, il y a deux sortes de mariage. Pour la plupart, c'est un mariage d'amour, mais il y a aussi le mariage de raison. C'est probablement ce dernier qui est survenu entre Richard Martel et les Marquis de Jonquière.

Je crois que la direction des Marquis a vécu une belle expérience avec Martel derrière le banc en séries de fin de saison. Elle ne voulait pas revivre la saison dernière avec trois changements d'entraîneurs. Ce n'est pas facile pour les joueurs et encore plus pour la direction. Pour Richard, il n'y avait pas non plus beaucoup d'options pour continuer à diriger dans le hockey au Québec. Il ne voulait pas retourner en Europe pour des raisons personnelles et familiales et je le comprends. Il aurait probablement aimé retourner dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Je crois que les dirigeants de plusieurs équipes l'ont mis sur leur liste, mais sont frileux à l'engager.

La façon dont s'est terminée son aventure en Europe ne l'a sûrement pas aidé. En plus, la LHJMQ a effectué le virage vers les jeunes entraîneurs. Exception faite de deux ou trois entraîneurs, la majorité ont autour de la quarantaine. La nouvelle génération de joueurs a aussi beaucoup changé. Devant les membres de la Chambre de commerce de Saguenay il y a quelques semaines, Yanick Jean des Saguenéens déclarait ceci: «Il y a dix ans, le joueur se présentait à moi et n'avait qu'une seule question: ''Qu'est-ce que je peux faire pour toi coach? '' Maintenant, les joueurs ont plusieurs questions et c'est même l'invese. ''Qu'est-ce que toi coach tu peux faire pour moi? ''». Tout un changement de génération!

Pour les Marquis, c'est une nomination de grand prestige. On l'a senti dès l'arrivée de Richard dans les séries. Ça s'est répercuté sur les joueurs et également chez les partisans. Je suis convaincu que sa venue va donner un nouveau tournant à la franchise. Il va amener une nouvelle dimension. Il est un gars présent dans les médias un peu partout, en plus d'être local, ce qui ne peut qu'aider au niveau des ventes.

Une autre bonne nouvelle, c'est pour la Ligue nord-américaine de hockey. On a vu Richard partout dans les séries. Je n'ai jamais vu un entraîneur de cette ligue se retrouver à TVA Sports, RDS, à l'émission de Ron Fournier et celle de Dan Poulin à Québec en plus de plusieurs reportages dans différents médias à travers tout le Québec. Habituellement, pour les dirigeants de la Ligue nord-américaine, ce n'est pas pour les bonnes raisons qu'on parlait d'eux. Cette fois-ci, on parlait d'un nouvel entraîneur et l'arrivée de Richard Martel a sûrement été très bonne. Il va sûrement amener une nouvelle couverture médiatique pour la prochaine saison.

Lors du point de presse confirmant sa venue, Martel a déclaré qu'il venait d'assister à la réunion des propriétaires d'équipe. Encore là une preuve qu'il va être bien accepté.

Il a également parlé de l'arbitrage. Je suis d'accord avec lui pour dire que c'est un problème majeur. Une petite suggestion, si vous voulez changer l'arbitrage, vous devez engager un arbitre en chef crédible qui pourra amener de nouveaux visages. Il pourrait même superviser ses officiels et être en charge du comité de discipline. C'est sûr que la LNAH devra sortir quelques dollars pour engager un tel homme. J'ai un nom en tête: Denis Morel, un ancien arbitre de la Ligue nationale et je suis convaincu qu'il aurait une oreille attentive.

En terminant, je ne me mêle jamais de politique, mais j'ai appris avec le temps que la mémoire est une faculté qui oublie. Qui a été l'instigateur des Jeux du Québec à Saguenay, un travail bénévole de cinq ans, qui a amené la Coupe du monde de vélo des moins de 23 ans, qui a trouvé les subventions nécessaires à la rénovation des parcs du secteur Arvida et qui a mené de main de maître le dossier de rénovation du Foyer des loisirs? Oui, le conseiller Bernard Noël et je ne l'ai pas oublié. Je condamne ce qu'il a fait. C'est un manque de jugement de sa part, mais je veux revenir aux sports, c'est encore plus mon domaine. Quand un boxeur est K.-O. et au plancher, l'autre boxeur arrête de le frapper. Laissons-le vivre sa mauvaise décision. Déjà il est au plancher et K.-O.

Pour mes amis golfeurs, j'ai eu l'occasion de fouler le terrain du Club de golf de Chicoutimi et je peux dire qu'il n'a jamais été dans des conditions aussi exceptionnelles en début de saison depuis les dix dernières années! Propos recueillis par Dave Ainsley

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer