Un nouveau mode de gestion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Propriétaire des Saguenéens de Chicoutimi, Ville de Saguenay... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Propriétaire des Saguenéens de Chicoutimi, Ville de Saguenay a finalement décidé de confier la gestion du club de hockey à une corporation sans but lucratif (OSBL) composée de dix personnes pour les dix prochaines années. Le maire de Saguenay, Jean Tremblay (photo), en a fait l'annonce vendredi, en conférence de presse. Les trois gestionnaires bénévoles actuels, Richard Létourneau, Marc Denis et Jean-François Abraham, resteront en poste au sein de la nouvelle organisation.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Phil Desgagné
Le Quotidien

CHRONIQUE / Vendredi matin dernier, le maire Jean Tremblay a annoncé le nouveau mode de fonctionnement pour les Saguenéens de Chicoutimi de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. En réalité, M. Tremblay a accepté les recommandations du groupe de Richard Létourneau. Pour avoir été proche de l'organisation, cette recommandation n'a pas été faite à la légère. J'ai eu l'occasion de visiter plusieurs formations avec Richard pour voir les différents modes de fonctionnement. Richard a visité des marchés qui ressemblent beaucoup aux Sags. On n'a qu'à penser à Baie-Comeau, Drummondville, Shawinigan, Victoriaville et Sherbrooke. Ce qu'on a remarqué à chaque endroit, c'est que le principal commanditaire de l'équipe est toujours la ville. Dans la plupart des cas, l'équipe ne paie pas pour la location de l'amphithéâtre. Même avec ça, la majorité des formations ont beaucoup de difficulté à équilibrer leurs budgets.

Le hockey junior a changé énormément lors des dernières années. On ne dirige plus une équipe avec seulement deux ou trois personnes. Juste au niveau de la glace, on est rendus à six et sept permanents. On parle d'un directeur général, d'un entraîneur, de trois assistants, d'un thérapeute et d'un préposé à l'équipement. Et je ne parle pas ici des six ou sept recruteurs qui sont bien entendus à temps partiel.

Au deuxième étage, où c'est maintenant très important sur le plan financier, pour la majorité des équipes, l'administration demande de quatre à cinq personnes pour aider à faire les frais. Comme on peut voir, les budgets des équipes ont énormément progressé. On parle de budgets de 1,8 à 2,3 millions de$ par année. Maintenant, les clubs ne peuvent plus vivre strictement avec la billetterie. Ça prend plus. Je vous donne des exemples: les Marquis de la Ligue nord-américaine, les Voyageurs de la Ligue de baseball élite du Québec ou les Élites de la Ligue de hockey midget AAA du Québec. Toutes ces équipes ne pourraient participer à leurs activités sans l'aide importante de la ville. Bien entendu, en retour, ces clubs donnent de la promotion importante à la ville. On parle du dynamisme et de l'image d'une ville.

Oui, il y a quelques années, les clubs pouvaient réussir à faire leur frais et de temps à autre avec de légers profits, mais la situation économique des gens et des entreprises a énormément diminué. Avant, on vendait quatre billets de saison à une entreprise, maintenant, c'est deux et parfois pas du tout. C'est la réalité d'aujourd'hui. Il y a quelques années, les Saguenéens avaient près de 2000 détenteurs d'abonnement de saison. Ils en ont à peine 1000 actuellement, ce qui fait toute une différence. Au niveau de la glace, les succès n'ont pas été là lors des dernières années. L'avenir semble prometteur, mais ça prend plus qu'un club gagnant pour vivre sur le plan financier, ça prend une implication du milieu et c'est ce que les dirigeants de la ville ont saisi. Je crois que la ville n'avait pas le choix. Elle veut garder son club de hockey au Saguenay. Même avec l'aide municipale, les nouveaux administrateurs ont beaucoup de pain sur la planche pour les prochains mois et les prochaines années. Oubliez ceux qui pensent que l'équipe pourrait faire de l'argent. On va attendre quelques années pour voir un peu la nouvelle formule et j'espère que ça va réussir.

Je vois tout de suite des gens chercher de midi à 14h. L'ancienne formule n'a pas fonctionné pour le groupe d'Alain Deschênes et Pierre-Marc Bouchard malgré tous les efforts. Dans deux ou trois ans, on pourra voir si cette nouvelle formule connaît du succès. Malgré tout, je pense que la nouvelle organisation devra faire deux à trois campagnes de sollicitation auprès de la population pour réussir à boucler le budget. J'en connais qui vont dire ''encore le hockey''. Cherchez des clubs qui peuvent attirer 90 000 spectateurs par saison comme le font les Sags et au-delà de 50 000 pour les Marquis. Ce sont des clubs rassembleurs pour la population et les autorités municipales en ont probablement pris compte dans leur décision.

En terminant, je m'attendais à une grande finale dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, mais je me suis trompé royalement. Au moment où j'écris, c'est 3-0 pour la formation de Rouyn-Noranda qui est vraiment au-dessus de celle des Cataractes de Shawinigan. J'espère que ça pourra se prolonger, mais j'ai des doutes raisonnables. Je voulais vous parler un peu de golf également, mais dimanche m'a rappelé à la réalité. Attendons encore quelques semaines avant de parler de golf.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer