Le mal de dos

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
«On dit que l'amour est plus fort que... (Archives Le Progrès, Rocket Lavoie)

Agrandir

«On dit que l'amour est plus fort que la police, mais je serais presque tenté d'avancer que le lumbago aussi.»

Archives Le Progrès, Rocket Lavoie

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / On est bien peu de choses.

Du moins, quand on a mal au dos. Et ça, je peux vous en passer un papier.

La première fois que ça m'était arrivé, j'étais adolescent et je prenais ma douche. Et puis hop, au moment où je me savonnais paisiblement les pieds, ça a fait comme si un fantôme m'avait planté un poignard juste un peu plus haut qu'entre mes deux fesses.

Les jambes m'avaient alors lâché et l'instant d'après, j'étais couché dans le bain, le jet de la douche en plein visage et je n'arrivais pas à croire qu'on pouvait avoir aussi mal que ça dans la vie. Puis, quand le réservoir à eau chaude s'est vidé, j'ai dit à mon orgueil d'aller se faire voir ailleurs et j'ai hurlé à l'aide pour que ma maman me sorte du bain.

Maintenant, je vous raconte ça et je remercie le ciel que ça ne soit pas produit trop souvent. En fait, ça s'est peut-être répété trois ou quatre fois dans les vingt années suivantes, mais malheureusement, ce n'est pas comme les gens accros à l'héroïne qui chassent désespérément le dragon. Oh que non. Un mal de dos, c'est toujours comme la première fois. Un buzz pur chaque fois.

D'ailleurs, les lecteurs et lectrices les plus perspicaces auront déjà compris que si je vous raconte tout ça, c'est que présentement, l'auteur de ces lignes marche depuis quelques jours comme un robot. En d'autres mots, je suis l'heureux propriétaire d'un lumbago.

Ce qui est le plus cool (notez bien mon emploi succulent de l'ironie ici) dans un lumbago, c'est que tant qu'il est dans la place, vous pouvez toujours compter sur lui. C'est un peu comme un ami si fidèle qu'il n'arrive pas à vous quitter d'une semelle.

Dès le réveil, il vous dit salut quand vous osez vous bouger un peu dans le lit. Et puis lorsque vous tentez de sortir une de vos deux jambes du lit, le lumbago vous donne une bonne grosse tape dans le dos afin de bien vous réveiller. Mais ce n'est qu'un petit aperçu de la journée magnifique qu'il vous réserve, car lorsque vous essaierez de faire un pas en sortant du lit, il vous fera dire : « Bordel, je n'arrive même plus à marcher tellement que ça fait mal. »

Et ça sera ainsi toute la journée. Vous voulez vous asseoir ? Il vous fera un sublime coucou douloureux au moment de baisser votre corps en direction d'un siège. Vous devez vous lever de votre siège ? Pas de panique, le lumbago sera fidèle au poste au moment de vous redresser.

On dit que l'amour est plus fort que la police, mais je serais presque tenté d'avancer que le lumbago aussi. Car même si vous bourrez votre corps de trucs sensés calmer la douleur, le lumbago, il s'en tape carrément. J'imagine qu'il porte un masque et une cape, car quand on est invincible à ce point, on ne peut pas être autre chose qu'un super-héros.

Mais à bien y penser, on devrait offrir un lumbago gratuit à tous ces gens en situation de pouvoir qui prennent parfois des décisions débiles qui nous concernent. Même que je serais tenté de vous dire qu'il devrait y avoir une loi qui obligerait tous les élus à souffrir d'un lumbago permanent. Ça leur rappellerait qu'ils sont des humains comme nous et qu'un rien pourrait complètement leur gâcher la vie.

Par exemple, si Donald Trump et Kim Jong-un souffraient simultanément d'un lumbago, auraient-ils la tête à jouer aux Serpents et Échelles version nucléaire ?

Je pose la question, mais la réponse, je la connais. Non.

Car chaque fois qu'un détracteur croiserait leur chemin, ils craindraient une banale tape dans le dos qui pourrait réveiller la puissance de leur lumbago. En fait, ils ne prendraient que des décisions dans l'intérêt des autres, et ce, dans l'espoir qu'un bon samaritain finisse par les soulager de cette douleur. Peut-être même qu'ils imploreraient toutes les nations de s'unir afin de vaincre une fois pour toute les lumbagos.

Je sais bien qu'il ne faut jamais souhaiter de mal à qui que ce soit, mais comme je vous disais, le lumbago, c'est comme un ami qui ne peut pas se passer de vous.

Alors, qu'est-ce qu'il y a de mal de souhaiter à des gens qu'ils héritent d'un ami sur qui on peut toujours compter ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer