Pas facile de dénoncer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
« Écoute mon chum, j'ai un deal pas pire... (123RF)

Agrandir

« Écoute mon chum, j'ai un deal pas pire pour toi. J'ai un contact qui reste à une minute d'ici et je pourrais t'avoir un cartoon de cigarettes pour 20 dollars », s'est fait proposer notre chroniqueur.

123RF

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / C'était un peu avant les années 2000 et ce jour-là, je me baladais à proximité de la Place des Arts.

Puis, il y a eu ce type dans la fin quarantaine qui m'a abordé. Et ici, c'est plutôt surprenant, car malgré ma difficulté à retenir les visages, celui-ci, bien que je ne l'aie vu qu'une seule fois, je pourrais vous le dessiner à la perfection. Mais ça, c'est si je savais dessiner autre chose qu'un vulgaire bonhomme allumette.

Bref, le gars était un peu plus petit que moi, il avait les cheveux longs et la barbe longue et sa pilosité était légèrement poivre et sel.

Le gars tenait un mégot de cigarette dans sa bouche et sa façon de m'aborder fut de m'imiter le mouvement d'un briquet avec lequel on s'allume une clope. Dans le langage des signes, ça veut généralement dire: « hey mec, dis, t'as du feu? ».

J'ai aussitôt tendu mon briquet à l'homme.

Ce dernier a allumé son mégot, puis après m'avoir remercié, il m'a demandé si je fumais.

La question était plutôt surprenante, compte tenu que je venais de lui fournir du feu et que, ô grand hasard, je grillais alors une clope. « Yep », que j'ai répondu.

« Écoute mon chum, j'ai un deal pas pire pour toi. J'ai un contact qui reste à une minute d'ici et je pourrais t'avoir un cartoon de cigarettes pour 20 dollars » que le gars m'a proposé.

Maintenant, vous devez savoir que j'ai toujours été de l'école « si ça se trouve en magasin, je vais l'acheter au magasin ». Puis, je ne sais pas pourquoi, il m'a offert, à mots à peine voilés, d'autre chose...

Le seul hic dans tout ça, c'était que je n'avais pas d'argent comptant sur moi. « Hey ben, y'a pas de problème mon ami. Y a un guichet juste derrière. »

Une petite voix dans ma tête tentait de me dire de me méfier, mais au même moment, l'homme a remarqué qu'un calepin et un stylo dépassait de la poche de mon veston. Il m'a donc demandé de lui filer et a inscrit un truc dans le calepin: « totoo 515-555-0343 ».

« Tiens, moi c'est Tatou pis si jamais t'as besoin de quelque chose, tu m'appelles. »

Alors le jeune homme (insouciant je vous le répète) que j'étais a été aussitôt mis en confiance par ce geste et j'ai suivi l'homme jusqu'à un petit guichet pour ainsi retirer le 60 dollars avant de le remettre à l'homme qui m'a dit de l'attendre ici et qu'il n'en avait que pour cinq minutes.

La suite, elle est assez prévisible. Après deux ou trois minutes d'attente, j'ai vu au loin cet homme supposément nommé Tatou (ou totoo) qui prenait la fuite à la course avec mon fric.

Des mois et des mois plus tard, mon ami Goulot était à la maison et voilà qu'il me confie honteusement qu'un type l'a arnaqué d'une quarantaine de dollars pour une histoire de clopes pas chères. « Il disait s'appeler Tatou », qu'il me lance. Puis, je lui sors mon vieux calepin et lui montre ce souvenir de Tatou (ou totoo).

Je n'avais jamais parlé à qui que ce soit de cette histoire avant ce jour-là. Ce n'était que quelques dollars après tout. Mais surtout, c'était la honte d'avoir été floué.

Alors hop, chaque fois que j'entends quelqu'un lancer un truc du genre « Ils avaient juste à le dénoncer » à l'attention d'une victime de fraude ou n'importe quel crime impliquant un abus de confiance, je repense à Tatou (ou totoo), et je me dis que si j'ai eu honte aussi longtemps pour quelques dollars, j'ose en déduire que ce n'est tout simplement pas facile de dénoncer quelqu'un qui a abusé de votre confiance.

Ah, et en passant, je ne vous ai pas filé le vrai numéro de Tatou (ou totoo). Mais bon, je l'ai encore si jamais vous avez besoin de clopes pas chères.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer