Ça fout la frousse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marine Le Pen en compagnie de son père,... (Archives, La Presse)

Agrandir

Marine Le Pen en compagnie de son père, Jean-Marie Le Pen.

Archives, La Presse

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / Il y a quelques semaines, l'émission Affaires sensibles, diffusée sur France Inter, présentait un reportage troublant à propos de Robert Faurisson, un homme tristement célèbre pour avoir contribué à la propagation du négationnisme en Europe.

Maintenant, pour ceux et celles qui ignoreraient en quoi consiste le négationnisme, attachez bien votre tuque avec de la broche, car ça décoiffe vraiment. En effet, l'idée véhiculée par Faurisson avance que le génocide juif, durant la Deuxième Guerre mondiale, n'aurait jamais eu lieu. En d'autres mots, les chambres à gaz qui hantent la mémoire humaine depuis plusieurs décennies n'auraient été qu'une horrible mise en scène.

Évidemment, vous devinerez que je me retiens de vomir en rapportant de tels propos, car c'est bien beau se demander si l'homme est vraiment allé sur la Lune, mais ici, on ne parle pas d'un satellite qui n'en a rien à cirer de nous, mais bien de plusieurs millions de vies ainsi que leurs proches et leurs descendants.

Mais ce qui est le plus déroutant dans cette histoire racontée par Affaires sensibles, c'est lorsqu'on décortique les mécanismes ayant permis à une théorie aussi farfelue de se répandre de façon pratiquement virale.

Ainsi, tout débute par un homme au passé universitaire qui lance comme ça une théorie qui avait déjà été avancée auparavant, sans toutefois rencontrer un auditoire suffisant. Or, cette fois-ci, comme Faurisson traîne derrière lui un passé d'enseignant, le subterfuge suffit alors à convaincre le quotidien Le Matin de Paris de publier un de ses textes dans lequel il met de l'avant sa théorie délirante.

Mais c'est Le Monde qui donnera le coup de grâce quelques semaines plus tard alors qu'ironiquement, le journal avait la ferme intention de discréditer les propos de Faurisson.

Leur erreur ? Donner la réplique à l'historien réputé Georges Wellers. Ainsi, lorsque les lecteurs chamboulés par les propos de Faurisson constatent qu'un éminent historien lui répond, l'effet souhaité qui consistait à déboulonner la théorie de Faurisson suscite totalement l'effet contraire. En effet, ce que les lecteurs en décodent, c'est que les propos de Faurisson sont suffisamment légitimes pour qu'un historien en débatte.

À partir de ce point, la machine est maintenant inarrêtable. Le poison du négationnisme se répand et il trouve toujours des hôtes pour survivre à la vérité.

Puis arrive alors Internet qui deviendra le refuge de rêve pour toutes ces théories qui se butent à un mur en ce qui concerne les médias traditionnels.

Mais voilà qu'en 1990, la Loi Gayssot est adoptée en France. Maintenant, comme je suis très loin d'être un spécialiste en législation, je me contenterai de citer Wikipédia qui explique que l'objectif de la Loi Gayssot est de réprimer « la contestation des crimes contre l'humanité tels que définis dans le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg ».

On serait alors tenté de crier victoire, mais outre les ardents défenseurs de la liberté d'expression qui ont vivement manifesté leur malaise quant à une telle loi, on retrouve désormais certaines organisations antisémites qui saluent maintenant son adoption. En effet, aux dires de celles-ci, la Loi Gayssot les a obligés à adopter un discours calqué sur celui qui prime dans la sphère politique et ainsi, même si le fond du discours n'a aucunement changé, ses airs faussement plus nobles séduisent désormais de plus en plus de gens.

Rappelons enfin qu'il y a un an à peine, Jean-Marie Le Pen, anciennement à la tête du Front national, était condamné à une amende de 30 000 euros pour avoir qualifié les chambres à gaz de la Deuxième Guerre mondiale de « détail » historique. 

Difficile de ne pas avoir la chair de poule en pensant que son ancien parti, maintenant mené par sa fille Marine, pourrait possiblement accéder à la tête de la France.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer