Place au dialogue

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / Il y a quelques années, j'avais découvert dans un magazine de... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / Il y a quelques années, j'avais découvert dans un magazine de cinéma une expérience plutôt étonnante.

C'était le scénariste et réalisateur américain Charlie Kaufman qui était à l'origine de ladite expérience dans laquelle il avait enregistré une conversation entre lui et son épouse lors d'un dîner en tête à tête.

Aussitôt le repas terminé, Kaufman avait donc demandé à son épouse de lui résumer les grands points de la conversation qui venait de se dérouler. Pour sa part, Kaufman s'était aussi prêté au même exercice, puis les deux amoureux avaient ensuite comparé leurs résultats.

Au grand étonnement de Kaufman et de son épouse, ceux-ci avaient résumé deux conversations absolument différentes.

Mais la surprise ne s'arrêtait pas là, car le couple a ensuite réalisé en réécoutant leur conversation que les sujets rapportés précédemment dans leurs résumés n'avaient été qu'effleurés en réalité.

Évidemment, il n'est pas question ici d'une expérience scientifique, mais l'exercice demeure quand même fascinant, car à mon humble avis, il en dit long sur le pouvoir de notre perception.

Si cette expérience m'est soudainement revenue en tête, c'est suite à la lecture d'un texte très intéressant signé par Catherine Dorion sur le site web du Journal de Montréal où elle s'adresse au célèbre Rambo Gauthier en lui proposant un dialogue. Sans vouloir dénaturer l'essence du texte de Dorion, l'auteure suggère ainsi que tout un chacun doit aller au-delà de ses préjugés pour ainsi être en mesure de nourrir l'un et l'autre dans son ouverture d'esprit et ultimement, pouvoir unir ses forces communes dans l'objectif de reprendre le contrôle d'un système qui nous échappe de plus en plus au profit d'une élite financière.

Mais en plus, le texte fort efficace de Dorion met en lumière la division de plus en plus forte qui se dresse entre deux « mentalités » qui, pourtant, sont issues de la même classe sociale. Ainsi, d'un côté, on y trouve une « mentalité » propre à la grande ville et de l'autre, une « mentalité » propre aux banlieues et aux régions.

Évidemment, bien que l'appellation de ces frontières fasse directement écho à une situation géographique, j'aurais tendance à penser que ces frontières sont davantage définies par le vécu de tout un chacun. À titre d'exemple, ce qui a forgé le Joël Martel que je suis aujourd'hui est un ensemble de rencontres, de débats, d'échanges et d'observations. Qui sait ? Peut-être verrais-je certaines communautés d'un autre oeil si mes expériences de vie ne m'avaient pas amené à côtoyer différents acteurs issus de ces communautés ?

De fait, en nourrissant mon ouverture d'esprit lors de ces échanges, peut-être ai-je moi aussi contribué à forger différemment la perception de mes interlocuteurs ?

Une chose est certaine, on ne perd jamais rien à aller à la rencontre de ceux et celles qui pensent différemment de nous.

Car chaque fois que nous travaillons à ajuster notre perception des choses pour mieux la synchroniser avec la réalité, nous ajustons en quelque sorte le filtre au travers duquel nous capterons le monde qui nous entoure. Ce qui nous ramène à cette expérience de Charlie Kaufman.

En effet, en apprenant à mieux connaître nos détracteurs et en s'ouvrant l'un à l'autre, non seulement nous surprendrons-nous à trouver de nombreux points d'entente, mais nous pourrons mieux nous concentrer sur l'essentiel en évitant de nous laisser berner par nos idées reçues.

Certes, il faut le souligner lorsqu'un intervenant dit une connerie, mais le dialogue profitera toujours davantage qu'une simple condamnation.

Maintenant, il est fort probable que nous gardions chacun un souvenir très différent de ces échanges, mais une fois que le piège de conforter nos idées reçues sera évité, peut-être que nous retirerons enfin un souvenir de ces échanges qui sera davantage fidèle au véritable fond de la question : qu'est-ce qui nous unit fondamentalement ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer